Mal au dos ? Insomnie, Migraine ? Et si on essayait la chiropraxie ? Souvent confondue avec l’ostéopathie ou la kinésithérapie, la chiropraxie est une discipline manuelle bien à part. Elle se pratique grâce à des manipulations effectuées sur diverses parties du corps. A l’occasion e la Journée de la colonne vertébrale le 16 octobre, les chiropracteurs offriront du 14 au 19 octobre, sur rendez-vous, un bilan vertébral et postural.

La chiropraxie est une discipline manuelle venue des pays anglo-saxons. Elle traite les lombalgies, les céphalées, les cervicalgies, les troubles du sommeil… Elle peut être conseillée à tout âge, notamment chez la femme enceinte et le nouveau-né.

Corriger les mauvaises postures

Nous sommes devenus trop sédentaires. Et, avec nos habitudes de vie nous développons de mauvaises postures qui peuvent nous occasionner des douleurs. Si, elles ne sont pas rapidement prises en charge, elles deviennent chroniques. Résultat : difficile de s’en débarrasser ! Avant d’en arriver là, le patient peut faire appel au chiropracteur pour le soulager. Celui-ci se sert de ses mains et n’a pas recours aux traitements médicamenteux. Le praticien s’adapte au patient et dispose de plusieurs techniques, pouvant être aidées d’instruments spécifiques adaptés à la problématique du patient.

Une séance de chiropraxie

Lors de la première consultation, le chiropracteur questionne son patient sur son état de santé général, ses douleurs et ses antécédents médicaux.

A l’issue de cet interrogatoire, il effectue un examen physique détaillé des régions affectées, évalue la posture. Puis, il effectue les soins manuellement ou à l’aide d’outils spécialisés. En général, plusieurs séances (les autres sont plus courtes que la première) sont nécessaires, selon les cas.

Une séance de chiropraxie coûte entre 45 et 85 euros et n’est pas remboursée par l’Assurance-maladie. En revanche, certaines mutuelles prennent tout ou une partie des frais en charge.

Conseils de postures

  • « Je dors » : la meilleure position de sommeil est la position « foetale » sur le côté car elle respecte les courbures naturelles de votre colonne vertébrale. Si vous ne parvenez pas à dormir convenablement sur le côté, sachez que la position allongée sur le dos est préférable à la position ventrale qui induit énormément de tension que ce soit sur la région cervicale ou la région lombaire.
  • « Au bureau, devant mon ordinateur » : assurez-vous que votre écran soit juste en face de vous, que le siège soit réglé suffisamment haut de manière à ce que vos avant-bras reposent naturellement sur le plan de travail et que la nuque puisse reposer contre l’appui tête de votre siège.
  • « Je m’habille » : comme pour chaque activité du quotidien, prenez le temps nécessaire. Evitez de jouer les contorsionnistes en équilibre sur un pied lorsque vous enfilez votre pantalon. De la même façon, préférez les pulls avec une ouverture suffisante pour passer votre tête. Ces petits conseils sont anodins mais si les mauvais gestes se répètent chaque jour, ils peuvent être source de douleur vertébrale sur le long terme.
  • « Je suis enceinte » : attention au choix des chaussures. La prise de poids entraîne déjà une bascule vers l’avant de votre centre de gravité, les tensions musculaires sur la colonne lombaire sont alors exacerbées. Le port de talon trop haut accentuera encore ces tensions. La nuit, faites attention à votre position de sommeil, les articulations du bassin sont plus laxes en fin de grossesse, aussi, n’hésitez pas à utiliser un coussin d’allaitement afin d’être calé et de dormir comme un bébé.
  • « Je porte mon enfant » : adaptez votre mode de portage en fonction de l’âge de votre enfant. (Écharpe les premiers mois puis le porte bébé), ce qui permet de protéger votre dos en répartissant les charges mais également celui de votre enfant. Dans les bras, alternez les côtés afin de ne pas solliciter toujours le même côté.
  • « Je passe l’aspirateur » : faites une fente avant afin d’éviter de vous pencher en avant et ainsi créer des tensions au niveau de vos lombaires.
  • « Je voyage en avion » : utilisez un coussin dorsal. Caler un coussin derrière votre dos peut réduire le risque de tensions, de lombalgie ou de blessures. Il doit être placé entre votre cage thoracique et votre taille.
  • « En voiture » : si votre véhicule en est pourvu, n’hésitez pas à modifier la courbure du réglage de la zone lombaire, bien arrondie, elle permet de diminuer les tensions sur le bas du dos lors de vos longs trajets.

Choisir un chiropracteur : Association française de chiropraxie (Afc) annuaire des chiropracteurs