La Journée mondiale de la vision s’est déroulée le 8 octobre. Le but ? Prendre soin de ses yeux et informer sur les maladies qui touchent cet organe sensible.

Nos yeux sont précieux et le 8 octobre, Journée mondiale de la vision a été l’occasion de faire le point sur les différents troubles qui peuvent les affecter à tout âge. Car, malgré la crise sanitaire, le suivi de notre vue est essentiel.

Faire contrôler sa vue

Depuis combien de temps n’avez-vous pas pris rendez-vous chez l’ophtalmologiste ? Avec la crise sanitaire et les cabinets médicaux surchargés, le contrôle de la vue est passé au second plan. Pourtant, nos yeux sont très sollicités. Quel contrôle ?

Pour les enfants

En France, 1 enfant sur 5 présente une anomalie visuelle (myopie, hypermétropie, astigmatisme, strabisme, etc.). Or, 80 % des apprentissages passent par les yeux. Des troubles de la vue non détectés peuvent donc, à terme, entraîner un décrochage scolaire. De plus, des anomalies visuelles non détectées et prises en charge dans l’enfance peuvent persister à vie.

Chez les tout-petits, il est recommandé de faire un premier contrôle à l’âge de 9 mois, pour détecter d’éventuels malformations ou troubles visuels. Lorsque tout va bien, deux contrôles à l’âge de 3 et 5 ans permettront de vérifier l’acuité visuelle. Ensuite, durant la croissance, une visite tous les ans est idéale pour surveiller l’évolution de la vision.

Un bon contrôle tout au long de la vie, est le gage d’une bonne santé visuelle

Pour les adultes

Entre 20 et 40 ans, il est conseillé de faire un contrôle tous les 5 ans. A partir de 45 ans, un contrôle tous les deux ans est de rigueur. Si vous sentez une gêne, une fatigue oculaire, une baisse de la vue ou si vous avez des prédispositions aux troubles visuels (antécédents familiaux, ou si vous faites du diabète, par exemple), n’hésitez pas à faire des contrôles plus réguliers.

Le conseils des professionnels : si vous travaillez sur écran, faites des pauses toutes les 20 minutes, et regardez au loin pendant 20 secondes, pour soulager les yeux.

L’opticien, un bon relai pour les yeux

Bonne nouvelle : les opticiens sont habilités à contrôler votre lue et à renouveler les ordonnances, pour adapter la correction, tout en informant le médecin si changement, il y a. Quels critères ?

  • Avoir entre 16 et 42 ans et avoir une prescription initiale de moins de 5 ans.
  • Pour les plus de 42 ans, avoir une prescription initiale de moins de 3 ans (obligatoirement délivrée par un ophtalmologiste s’il s’agissait d’une première prescription pour presbytie).
  • Ne pas ressentir d’évolution significative de votre vue.
  • Avoir l’aval de votre ophtalmologiste.

A lire sur le site de Viva : vivamagazine.fr/gardez-un-oeil-sur-votre-vue/ et vivamagazine.fr/les-seniors-ne-porteraient-pas-de-lunettes-adaptee-leur-vue-173819/