La Journée mondiale de la santé, qui a eu lieu le 7 avril, a mis en avant le vaste chantier de la Couverture santé universelle ou l’accès aux soins pour tous.

Environ 100 millions de personnes dans le monde sombrent chaque année dans l’extrême pauvreté du fait de dépenses de santé directes. D’autres encore, par millions, sont forcées de choisir entre les soins et d’autres dépenses quotidiennes comme l’alimentation, les vêtements ou même un logement.

Couverture santé universelle

C’est le constat de l’Organisation mondiale de la santé (Oms), lors de la Journée mondiale de la santé qui a eu lieu le 7 avril. Et l’organisation de faire un rêve : et si toutes les populations avaient droit à une couverture santé ? C’est-à-dire que tous puissent avoir accès à des services de santé de qualité sans s’appauvrir dans le même temps. Vaste chantier quand on sait que dans plus de 90 % des pays à revenu faible, on compte moins de 4 personnels infirmier ou obstétrical pour 1 000 habitants.

« Cela signifie qu’il faut améliorer l’accès aux services, en particulier au niveau communautaire, et veiller à ce que ces services soient accessibles, abordables et efficaces pour tous – quel que soit le sexe », a rappelé le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Oms, à l’occasion du lancement de la Journée mondiale.

C’est aussi mettre l’accent sur les soins globaux des personnes tout au long de leur vie, en ne se contentant pas uniquement de traiter certaines maladies aux dépens d’autres. Le défi est de taille : « Environ 400 millions d’individus dans le monde – soit une personne sur 17 – n’ont toujours pas accès aux services de santé de base », d’après les chiffres de l’Oms.

Sur le front des bonnes nouvelles et malgré des disparités géographiques, l’Oms note une amélioration de 24 des 43 indicateurs des objectifs de développement durables. En revanche, l’organisation constate une détérioration dans 5 indicateurs : la mortalité liée aux accidents de la route, le surpoids des jeunes, l’accès à l’eau potable, la consommation d’alcool et l’incidence du paludisme.

A noter : la Journée mondiale de la santé 2019 arrive à mi-parcours entre la Conférence mondiale sur les soins de santé primaires, organisée à Astana (Kazakhstan) en octobre 2018 et la réunion sur la Couverture sanitaire universelle, qui se tiendra lors de l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre 2019.