Depuis début mai, il n’y a plus de poissons provenant de France

Les deux tiers des produits de la mer se retrouvant dans les assiettes françaises proviennent de l’étranger, explique l’association ASC © 123 RF
Les deux tiers des produits de la mer se retrouvant dans les assiettes françaises proviennent de l’étranger, explique l’association ASC © 123 RF

Selon l’ONG Aquaculture Stewardship Council, à partir du lundi 2 mai 2022 il n’y aura plus de poissons pêchés ou élevés en France dans les rayons. Seules les importations resteront. L’organisation a par ailleurs lancé un label certifiant les produits de la mer issus d’un élevage responsable.

A partir du lundi 2 mai, plus aucun poisson pêché ou élevé en France ne sera disponible sur le territoire. Et ce jusqu’à la fin de l’année 2022. Par cette image forte, l’ONG Aquaculture Stewardship Council, entend donner l’alerte. L’organisation internationale s’alarme en effet de la part des importations dans la consommation française de poissons et de crustacés. Les deux tiers des produits de la mer se retrouvant dans les assiettes françaises proviennent en effet de l’étranger, explique l’association. 

Les Français dépendent de l’importation

Ce premier lundi de mai marque donc le premier jour de « la dépendance au poisson issu de l’importation ». Or, en 2012, ce seuil n’arrivait que le 21 mai. La part des produits importés a donc encore augmenté. « Le saumon, le thon et la crevette restent les produits de la mer préférés par les Français. Mais on ne les trouve pas forcément sur les côtes françaises », complète l’ONG.

Transformer l’aquaculture

La démarche d’Aquaculture Stewardship Council (ASC) vise à sensibiliser l’opinion public sur la nécessité de transformer l’aquaculture. En rendant l’élevage de poissons et de crustacés « plus respectueux de l’environnement et responsable socialement ». Une initiative qui fait écho au « jour du dépassement », calculé chaque année par l’ONG américaine Global Footprint Network. A cette date symbolique, la planète aura en effet déjà consommé la totalité de ses ressources annuelles.

Le label indépendant ASC permet de choisir des produits de la mer provenant de fermes certifiées répondant à différents critères concernant le respect de l’environnement et des droits sociaux
Le label indépendant ASC permet de choisir des produits de la mer provenant de fermes certifiées répondant à différents critères concernant le respect de l’environnement et des droits sociaux

ASC : le label certifiant les élevages responsables

De quelle manière les consommateurs peuvent-ils agir pour faire évoluer favorablement les conditions de l’aquaculture ? Pour Camille Civel, ingénieure agronome et directrice France et Belgique de l’ASC, l’information est la clé de la transformation. C’est pour cette raison que l’ONG a lancé il y a 10 ans le label ASC. Trois lettres apposées sur un rectangle bleu turquoise. « Les poissons, coquillages et crustacés en bénéficiant proviennent de fermes certifiées de manière indépendante. Et qui répondent à différents critères concernant le respect de l’environnement et des droits sociaux », ajoute Camille Civel.

La directrice France et Belgique de l’ASC insiste également sur l’indépendance du label. « Les référentiels et les audits permettant d’obtenir cette certification sont élaborés et supervisés par des d’experts et organismes spécialisés indépendants ».