Les discussions ont été vives à l’Assemblée, le 17 juin dernier, à propos de l’allocation adulte handicapé (AAH). Finalement, c’est la version, qui tient compte des revenus du conjoint et non une individualisation du calcul de l’allocation, qui a été votée. Au grand dam des associations. Explication.

L’allocation adulte handicapé (AAH) est un revenu de solidarité versé aux adultes en situation de handicap qui sont dans l’incapacité de travailler : en France, 1,2 million de personnes en bénéficient. Son montant (plafonné à 903 euros mensuels en 2021) est calculé en fonction de critères d’âge, de résidence, de ressources… mais aussi des revenus du foyer. Les associations ont dénoncé à plusieurs reprises ce qu’elles considéraient comme une injustice pour les personnes handicapées vivant en couple et demandaient à ce que cela soit révisé. Mais, le 17 juin dernier, à l’Assemblée, la majorité se divisant sur la question, le gouvernement a décidé de recourir au vote bloqué : dispositif ne laissant aux députés d’autre choix que de voter telle quelle la version du texte approuvée par l’exécutif, sans les amendements soumis. La mesure d’individualisation de l’allocation, qui prévoyait de ne plus prendre en compte les revenus du conjoint du bénéficiaire, n’a donc pas été adoptée.

Colère des associations

C’est justement ce dernier point que dénoncent les associations : « Imaginez que l’on calcule votre salaire en fonction de celui de la personne avec laquelle vous êtes en couple, qu’on le baisse ou le supprime si votre conjoint gagne trop. Ce serait inacceptable ! Aimer et être aimé ne doit plus représenter un coût pour les personnes en situation de handicap », s’insurge l’association APF France handicap.

Mais l’espoir reste permis tant que le texte n’est pas adopté définitivement, car les associations et des groupes politiques sont favorables pour changer la législation. Ensemble, ils vont militer pour que cette proposition de loi figure dans le cadre de la prochaine loi de finances et que le gouvernement, qui a fait du handicap sa priorité, respecte ses engagements. La proposition de loi doit maintenant repartir au Sénat.