Depuis sa création en 1990, la Semaine internationale de la santé mentale (Sism), qui démarre le 14 mars, propose de sensibiliser le grand public aux questions de santé mentale. Les liens entre le mental et le physique seront au cœur du débat de la Sism 2016.

Le Semaine internationale de la santé mentale (Sism) est un événement qui s’adresse à tous. Cette année, les liens entre santé mentale et santé physique seront à l’honneur. Ainsi, dans toute la France sont organisés des manifestations, des tables rondes, des débats, du théâtre, ainsi que des ateliers de découverte et d’initiation au tai chi, au tir à l’arc ou encore à la relaxation, des animation massage assis minute, des balades à vélo, des randonnées…

Durant cette Semaine, plusieurs dimensions de la santé mentale seront abordés :

– les troubles psychiques, qui désignent des maladiies recensées dans les classifications diagnostiques selon des critères précis. Ils correspondent à des symptômes de durée variable, plus ou moins sévères et handicapants (troubles dépressifs, bipolaires, schizophréniques, addictifs, anxieux, autistiques, etc.)

– la détresse psychologique réactionnelle, qui correspond à l’impact psychique que peuvent provoquer les situations éprouvantes ou encore les difficultés existentielles.

 

Les chiffres de la santé mentale

En France, une personne sur cinq risque de connaître un trouble psychique au cours de sa vie (dépression, anxiété, addiction, trouble alimentaire, trouble schizophrénique, trouble bipolaire…), précisent les organisateurs de la Sism.

Au 3e rang des maladies les plus fréquentes, les troubles psychiques se situent après le cancer et les maladies cardio-vasculaires. Sans distinction d’âge, de sexe ou de milieu social, les troubles psychiques et les épisodes de souffrance psychique nous concernent tous. Leurs répercussions économiques et sociales sont importantes : précarité, exclusion, conduites à risques, addictions, etc.

Les troubles psychiques coûtent à l’Etat français plus de 110 milliards d’euros par an, répartis comme suit : 65,1 milliards d’euros pour la perte de qualité de vie, 24,4 milliards d’euros por la perte de productivité, 13,4 milliards d’euros pour le coût du secteur sanitaire, 6,3 milliards d’eurospour le coût du secteur social et médico-social et 2,2 milliards d’euros pour les médicaments.

Les manifestations dans toute la France ici.