Allergies printanières, rhume, fatigue, maux de ventre… nous sommes nombreux à recourir aux médicaments et produits pharmaceutiques vendus sans ordonnance, pour soulager ces troubles souvent bénins. Mais attention aux risques d’effets secondaires.

Certains traitements vendus sans ordonnance provoquent parfois des effets secondaires graves, d’après le magazine 60 millions de consommateurs. Méfiance également des interactions avec d’autres médicaments, que l’on prend déjà.


A éviter particulièrement

La pseudoéphédrine, une substance que l’on trouve dans des spécialités soulageant le rhume, qui peut entraîner des problèmes cardio- vasculaires, ou l’oxomémazine, utilisée contre la toux, mais qui peut causer convulsions ou somnolence. Quant au paracétamol, pris en excès ou associé à l’alcool, il est possible qu’il nuise au foie. La surdose de ce médicament est d’ailleurs la première cause de greffe hépatique d’origine médicamenteuse en France.

Des additifs pas toujours inoffensifs

De plus, certains de ces produits comportent de nombreux excipients (colorants, solvants, édulcorants…). Il en existe 47 à effets notoires (troubles cutanés, digestifs comme le E 110 par exemple). On a retrouvé aussi un perturbateur endocrinien possible dans le sirop Bronchokod sans sucre, le E218, et un cancérogène possible dans le Maalox, le E320.

Compléments alimentaires : méfiance

Côté compléments alimentaires, 80 % sont déconseillés, en raison des risques induits par leurs substances actives. Vigilance si vous prenez un traitement, car certaines plantes contenues dans les compléments alimentaires diminuent
les effets de médicaments.
Par exemple : le millepertuis (pour réguler l’humeur), qui pourrait diminuer l’effet de certains contraceptifs oraux. Les compléments à base de pépins de pamplemousse (censés être un antibiotique naturel) doivent être évités quand on prend des statines (contre le cholestérol). Ce produit interagit également avec les traitements contre l’hypertension et certaines chimiothérapies.

Les bonnes pratiques

Quelques règles sont à respecter : lisez la notice en entier, limitez la prise à quelques jours. Ne vous automédiquez pas si vous êtes enceinte ou si vous allaitez. N’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien, surtout
si vous avez un traitement en cours. Enfn, abstenez-vous d’acheter des médicaments sur Internet car ils peuvent contenir des substances parfois dangereuses et/ou interdites en France.