« Les violences cessent dès que les mamans du quartier arrivent »

Fatima Sy dans son quartier
Fatimata Sy, fondatrice de l’association des Gilets roses dans le quartier des Tarterêts à Corbeil-Essonnes. portrait ©Magali Delporte

Fatimata Sy a créé l’association les Gilets roses, une équipe de seize mères de famille qui patrouillent dans les cités de l’Essonne pour apaiser les tensions.

Lorsque mon fils était adolescent, il subissait des menaces de la part de certains jeunes de la cité où nous habitions, à Corbeil-Essonnes. Pendant trois ans, j’ai dû l’accompagner au collège pour qu’il ne se fasse pas agresser. Autour de nous, la violence était quotidienne. Il y avait tellement de bagarres et de blessés…

Tous les parents avaient peur. Un soir, je me suis dit qu’il fallait que ce soit nous, les mères du quartier, qui allions apaiser les tensions. Les autres mamans m’ont tout de suite soutenue.

Cinq ans plus tard, toute la cité nous connaît. Notre association porte le nom des gilets roses que nous mettons pour être identifiées. Nous investissons le quartier en allant à la rencontre des jeunes, pour parler avec eux, et nous intervenons également lorsqu’il y a des bagarres. Les tensions se calment à la minute où ils nous voient arriver.

En septembre dernier, des émeutes ont éclaté dans le quartier. Nous avons passé trois jours et trois nuits à éteindre le feu en allant dans tous les bâtiments, à tous les étages, chez chacun d’eux, pour les inciter à stopper les violences. Les mamans sont toujours respectées dans les quartiers. Notre action permet également de renouer le dialogue entre les habitants et les autorités locales et publiques, dont la police. Le gouvernement vient d’ailleurs d’annoncer la création d’un fonds “Gilets roses” pour soutenir des initiatives similaires partout en France.

Pour en savoir plus sur les Gilets roses : syfatimata477@gmail.com