Les produits ménagers, aussi nocifs que fumer 20 cigarettes par jour

Nettoyer régulièrement à l’aide de produits ménagers ou être agent de nettoyage, peut constituer un risque pour la santé respiratoire à long terme. Ce sont les conclusions d’une récente étude publiée dans l’American journal of respiratory and critical care medecine.

On sait les produits ménagers, plein d’ingrédients chimiques ou formulés à base de javel, nocifs pour l’environnement et dangereux pour les enfants. Leur impact sur la santé de ceux qui les utilisent quotidiennement, n’avait pourtant encore jamais été vraiment étudié.

Une étude menée sur vingt ans

Une équipe de chercheurs de l’université de Bergen, en Norvège s’est intéressée à la question. L’étude, publiée (en anglais) le 16 février dans l’American Journal of respiratory and critical care medecine, porte sur les effets à long terme de l’usage de produits de nettoyage sur les voies respiratoires.

6 230 hommes et femmes, âgés de 20 à 44 ans, ont ainsi été suivis sur vingt ans, de 1992 à 2012. A trois reprises, sur la période de test, les participants ont été testés sur la quantité d’air qu’ils étaient capables d’expirer et ont répondu à des questionnaires sur leurs habitudes concernant les produits ménagers. Il s’agissait de comparer leur exposition aux produits nettoyants, que ce soit dans le cadre du travail, en tant qu’agent d’entretien et/ou dans le cadre du nettoyage domestique, à leur fonction respiratoire (asthme et capacité respiratoire notamment). Et les résultats ne sont pas bons.

Les femmes plus touchées que les hommes

Les femmes utilisant certains produits ménagers régulièrement, connaissent sur le long terme une dégradation de leurs voies respiratoires comparable à celle observées chez ceux qui fument un paquet de cigarettes par jour. Utiliser un produit ménager au moins une fois par semaine suffit à accélérer le déclin des voies respiratoires. Et les résultats sont encore plus mauvais chez celles cumulant un emploi dans le nettoyage et le ménage à la maison.

Les hommes, eux, ne voient pas leurs voies respiratoires dégradées par le nettoyage. Un fait que les chercheurs expliquent par une bien plus faible proportion d’hommes qui travaillent dans le nettoyage et par le fait que les femmes pourraient être plus sensibles à ces produits chimiques comme elles le sont par rapport au tabac par exemple.

Citée dans l’Obs et dans The Independant, Øistein Svanes, étudiante en doctorat à l’origine de l’étude, rappelle que ces produits sont pourtant généralement inutiles : « Des chiffons en microfibre et de l’eau sont largement suffisants pour la plupart des usages. »

Pour aller plus loin : Nettoyants naturels, faisons le point