« Dry January » ou le Mois sans alcool, initiative portée par Santé publique France, devait avoir lieu en janvier prochain. Mais, le gouvernement avait finalement reculé et décidé de ne pas soutenir l’événement. Addictologues et associations, qui ont dénoncé les pressions des lobbies de l’alcool, comptent bien organiser des actions de prévention, en dépit du désengagement des autorités sanitaires.

Dans le prolongement du Mois sans tabac qui a lieu en novembre, l’initiative Mois sans alcool devait se dérouler en janvier 2020. Mais le gouvernement a finalement décidé de ne pas soutenir l’initiative. Les addictologues et les associations ont dénoncé la pression des lobbies de l’alcool. Le Mois sans alcool, inspiré du Dry January d’outre-Manche, n’aura finalement pas lieu, en tout cas avec le soutien du gouvernement. Car, retournement de situation : les associations ont annoncé qu’il y aura bien un « Dry January » en France. Une campagne organisée et animée par les associations, sans aucun soutien de l’État. L’occasion de mener des actions d’information et de prévention autour de l’alcoolisme.

«Dry January

Le Dry January est très populaire outre-Manche. L’événement propose aux personnes qui le souhaitent de faire une pause avec l’alcool pendant un mois.

L’opération devait être portée par Santé publique France, des crédits avaient été promis et la campagne de sensibilisation s’apprêtait à être lancée. Mais le gouvernement a décidé de faire volte-face. Les associations ne décolèrent pas. L’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (Anpaa) en premier lieu, qui déplore une position en faveur des lobbies du secteur viticole. L’événement aura finalement lieu sans le soutien du gouvernement.