En 2019, le nombre de féminicides augmente en France comparé à 2018. Devant l’urgence de la situation, un « Grenelle des violences conjugales » se tiendra en septembre.

11 juillet 2019 : 76 féminicides. Les meurtres de femmes, parce qu’elles sont des femmes, perpétrés par leurs conjoints ou ex-conjoints est en augmentation en France en 2019. Alors que ces dernières années, les statistiques comptabilisent un féminicide tous les 3 jours, depuis le début de l’année, les bénévoles de la page Facebook Féminicides par compagnons ou ex en ont recensé un tous les deux jours. 

Le 6 juillet, associations et collectifs féministes se sont réunis pour alerter sur la situation et demander des mesures concrètes. En réponse, le gouvernement a annoncé la tenue d’un « Grenelle des violences conjugales » en septembre, une « grande consultation citoyenne » et une campagne de communication. 

Mesures insuffisantes 

Des mesures existent. Mais elles sont insuffisantes. La France dispose de 3 000 Téléphones « grave danger » (Tgd) seulement, contre 10 000 en Espagne, le pays qui fait référence en matière de lutte contre les violences conjugales. 

Autre mesure de protection : le bracelet électronique d’éloignement. Là encore, leur nombre est insuffisant, et deux fois moins important que dans la péninsule ibérique. 

Prévention

Enfin, le pays voisin a mis en place une loi avec des magistrat spécialisés sur ces questions, formés donc, et avec des délais de procédures courts. « En Espagne, si une femme retire sa plainte, on considère qu’elle est en danger car on la considère sous emprise, victime de manipulation, et va faire l’objet d’un suivi. En France, dans ce cas similaire, on laisse repartir la plaignante chez elle », a expliqué Floriane Volt, bénévole de la Fondation des femmes à France 24. Le manque de formation des professionnels sur la question est criant.

En plus de la mise en place de dispositifs efficaces, il est également important de travailler sur la prévention, très tôt, en milieu scolaire et de changer les rapports d’égalité entre femmes et hommes.

Il est temps que la France se dote des moyens nécessaires, notamment financiers, pour lutter contre ce fléau et réduire drastiquement ces meurtres. L’Espagne les a divisé par deux : 47 cas de féminicides ont été recensés en 2018, contre 76 en 2008.