On en apprend tous les jours au sujet du coronavirus et notamment de ses signes avant-coureurs. Les médecins Orl français mais aussi européens, ont récemment signalé un autre symptôme : la perte d’odorat, associée ou non à une perte du goût.

Fièvre, fatigue, difficultés respiratoires, toux, sont des signes à présent bien connus de l’infection au coronavirus. Il faut rajouter à la liste, la perte totale ou partielle de l’odorat ou anosmie, qui a été remarquée dans bon nombre de cas. La British Rhinologic Society, société savante précise : « La perte d’odorat brutale et isolée sans obstruction nasale constituerait ainsi un signe pathognomonique du Covid-19, qui permettrait à coup sûr d’identifier les patients infectés par le SARS-CoV-2 ».

Les premiers cas d’anosmie ont été signalés en Allemagne et en Italie. En France, c’est le 20 mars qu’un groupe d’Orl et d’infectiologues a alerté sur ce point. Pour l’instant, on n’arrive pas vraiment à expliquer le mécanisme qui conduit à la perte d’odorat. On sait seulement qu’il est brutal et déjà remarqué en cas de rhume, sinusite ou grippe.

Il donc important, d’après les médecins Orl, d’adapter la prise en charge de ces patients anosmiques, pour l’instant, non éligibles aux tests de diagnostic.

Néanmoins, des études complémentaires devront être menées.