L’activité sportive et physique pendant la grossesse ne doit pas être abandonnée. Au contraire ! Elle vous évitera une prise de poids excessive et chassera la fatigue. Alors si vous n’avez aucune contre-indication : allez on bouge !

Être enceinte, ne doit pas être une excuse pour arrêter toute activité physique. De nombreux sports peuvent être pratiqués : la natation, la marche, le yoga, mais quelques règles de prudence s’imposent.

Quels bienfaits ?

Avant de pratiquer un sport, il est indispensable d’en parler à votre médecin qui vous conseillera. L’exercice physique pour permettra de réduire certaines tension musculaires et nerveuses, de vous relaxer et adopter de meilleures postures avec le yoga, par exemple. Cela réduira les ballonnements et la constipation, renforcera des muscles abdominaux et le plancher pelvien. D’une manière générale, votre circulation sanguine sera améliorée ainsi que votre oxygénation : idéal pour soulager les jambes lourdes, prévenir la formation de varices et augmenter les apports en oxygène du futur bébé. Vous limiterez la prise de poids et vous retrouverez votre forme plus facilement après l’accouchement.

Mais le sport est aussi bon pour le moral, il relaxe, défoule, apaise les tensions et stimule la production d’endorphines. Et puis, c’est un moment que vous vous réservez pour vous-même.

Quels sports choisir ?

Attention tous les sports ne sont pas les amis de la femme enceinte. Oubliez les sports violents ou les activités à risque de chute comme le vélo, le ski ou l’escalade, même en début de grossesse. Préférez des sports doux comme : la marche, la natation, la gymnastique douce, le yoga, le pilates, l’aquagym. Dans tous les cas, choisissez des cours avec des intervenants professionnels et habitués à travailler avec des femmes enceintes. N’oubliez pas de signaler votre état au professeur.