En prélude à la Journée contre les violences faites aux femmes, des marches auront lieu, partout en France, samedi 23 novembre, organisées par le collectif #NousToutes.

Dire non aux violences faites aux femmes, qu’elles soient sexuelles, ou sexistes, tel est le mot d’ordre des grands rassemblements qui auront lieu partout en France, samedi 23 novembre, deux jours avant la Journée internationale pour l’élimination de la violence des femmes. Organisées pour la deuxième année consécutive, par le collectifs #NousToutes, ces marches auront lieu organise dans plusieurs villes de France : Paris, Lille, Caen, Bordeaux, Marseille, Nice… (la carte, disponible ici). 

Le but du collectif est de rassembler le plus de monde possible dans les rues « pour faire bouger notre pays, obtenir des mesures des pouvoirs publics et en finir avec les violences sexistes et sexuelles que subissent en immense majorité les femmes et les enfants ». Les proches des victimes de féminicides, regroupés au sein de l’Union des familles des victimes de féminicides, seront en tête du cortège.

De nombreuses personnalités seront également présentes, parmi lesquelles Virginie Efira, Julie Gayet, Josiane Balasko, Aure Atika, Eva Darlan, Agnès Jaoui ou encore Camille Cottin.

Les chiffres noirs des violences à l’égard des femmes

D’après les statistiques du Secrétariat d’État chargé de l’Égalité entre les femmes et les hommes, au cours d’une année :

  • 219 000 femmes sont victimes de violences physique et/ou sexuelles commises par leur ancien ou actuel partenaire intime
  • 94 000 femmes sont victimes de viols et de tentatives de viol

Moins de 20% des femmes déclarent avoir déposé des plaintes pour ces violences.