Édouard Philippe, Premier ministre et Olivier Véran, ministre de la Santé ont tenu une conférence de presse samedi 28 mars. Masques, tests, respirateurs…, tour d’horizon des annonces et de la stratégie du gouvernement face à la crise du coronavirus.

Une commande d’un milliard de masques et de cinq millions de tests rapides a été annoncée par le Premier ministre ainsi que l’objectif d’avoir 14 000 lits de réanimation (c’est-à-dire de presque tripler la capacité actuelle). Édouard Philippe a prévenu que « les 15 premiers jours d’avril seront encore plus difficiles que les 15 jours qui viennent de s’écouler ». Alors que le confinement se poursuivra jusqu’au 15 avril, il a également complété en disant qu’un nouveau bilan sur les mesures restrictives prises sera réalisé en fin de semaine prochaine.

Lits de réanimation, masques, tests

– « Les capacités initiales de la France étaient de 5 000 lits de réanimation. Elles ont été augmentées (…) à 10 000 lits. Désormais, nous souhaitons atteindre un objectif de 14 000 à 14 500 lits de réanimation sur tout le territoire national », a déclaré, le ministre de la Santé Olivier Véran.

– « Plus d’un milliard de masques ont été commandés depuis la France et l’étranger pour les semaines et mois à venir », a poursuivi Olivier Véran. Ainsi, « un pont aérien étroit et intensif entre la France et la Chine a été mis en place de manière à faciliter les entrées des masques sur notre territoire ». Il a été demandé d’identifier des entreprises capables de produire des « masques alternatifs de catégorie 3 ou 4 ». « Certains pourront être réutilisés » car ils seront « lavables au moins 5 fois », a précisé Édouard Philippe.

– « La France a passé une commande pour cinq millions de tests rapides qui (…) permettront d’augmenter nos capacités de dépistage de l’ordre de 30 000 tests supplémentaires par jour au mois d’avril, 60 000 au mois de mai et plus de 100 000 tests par jour au mois de juin ». Les tests rapides « permettront d’avoir un résultat rendu en quelques minutes, 10, 15, 20 parfois 30 minutes selon les tests considérés », a précisé le Premier ministre. Il a parlé également des tests de sérologie (réalisable par une simple prise de sang, sur le doigt), qui pourraient arriver dans les prochaines semaines. Ces tests permettent de révéler après coup, les anticorps produits par la personne malade de covid-19.

Pas encore de traitement, ni de vaccin à l’heure actuelle

Des études européennes sur les traitements l’hydroxychloroquine, mais également des molécules antivirales qui sont connues pour être efficaces dans d’autres types de maladies infectieuses – sont en cours, mais les résultats ne sont encore pas disponibles.

« J’invite chacun à la patience et à l’espoir », a insisté Olivier Véran. « S’il s’avérait qu’un traitement est efficace, nous mettrions immédiatement tout en œuvre pour le fournir à tous les Français », a-t-il conclu.