L’été, les vacances et une furieuse envie d’oublier le mauvais épisode de la crise sanitaire et du confinement qui a suivi, font oublier aux Français que le coronavirus circule toujours. Actuellement, nous ne disposons pas encore de traitements efficaces et pour le vaccin, il faudra attendre un peu. Pour l’heure, les gestes barrière sont les seuls moyens de faire face au virus. La distance physique, le port du masque, le lavage des mains à l’eau et au savon ou au gel hydroalcoolique demeurent toujours d’actualité.

Dans les rues, les bars, les magasins partout en France, le constat est sans appel : les Français semblent avoir oublié les gestes barrière. Et pourtant, le virus circule toujours et plusieurs « clusters » ont été enregistrés dont un important en Mayenne. « Le danger d’une seconde vague est bien là », prévenait Jérôme Salomon, le directeur général de la santé, mardi 7 juillet.

« Le problème, c’est que c’est une épidémie avec un nouveau virus pour lequel personne n’a de défenses. Nous n’avons pas d’anticorps, le virus a encore assez peu circulé et ne demande qu’une chose : se redévelopper dans la population. Ce qui va se passer dans les semaines et les mois qui viennent ne dépend que de nous », prévient Franck Chauvin, membre du conseil scientifique. 

« Les Français ont abandonné les gestes barrière »

Le Pr Delfraissy, président du comité scientifique Covid-19, se désespère : « Les Français ont abandonné les gestes barrière ». Il met en garde contre un renouveau de l’épidémie suite à l’abandon de la prévention.

En France, dans le département de la Mayenne, un deuxième “cluster” de coronavirus a été détecté. Le premier avait été découvert dans un abattoir de volailles d’Azé, où quatre salariés ont été détectés positifs sur un total de 55 employés. L’activité sur le site se poursuit normalement, les autorités sanitaires affirmant que ce foyer-là est maîtrisé. 

Avec des clusters localisés et maîtrisés, on « ne peut tenir que si les mesures de distanciation sociale persistent», insiste le Pr Delfraissy, et « le risque de reprise avant la fin de l’été reste possible », insiste le comité scientifique.

Un deuxième confinement serait catastrophique, socialement et économiquement. Le tout nouveau Premier ministre, Jean Castex a affirmé de son côté, qu’un plan de reconfinement était prêt mais pas aussi drastique que le premier.

Plusieurs pays d’Europe comme l’Espagne ou le Portugal ont déjà reconfiné certaines régions après avoir détecté des foyers de contamination.

La France a enregistré mercredi 32 nouveaux décès dus au Covid-19 en l’espace de 24 heures, ce qui porte le bilan de l’épidémie à 29 965 morts depuis le 1er mars, selon le point quotidien de la Direction générale de la santé (DGS).