La course au vaccin contre la Covid-19 s’accélère. Le laboratoire Pfizer vient de communiquer des essais de phase 3 très encourageants, mais il convient de rester prudent.

Plus de huit mois après le début de la pandémie de Covid-19, un vaccin serait en bonne voie, celui du laboratoire Pfeizer qui rend public l’essai international de phase 3 de son étude. Ce dernier a porté sur plus de 43 000 participants qui ont reçu le vaccin BNT162b2 à base d’ARNm, selon un schéma à 2 doses (pour plus de 39 000 d’entre eux). L’essai international a débuté le 27 juillet dernier.

Selon le laboratoire, l’efficacité a, été évaluée à 90%, 7 jours après la deuxième dose. Cela signifie que la protection est obtenue 28 jours après le début de la vaccination. Et aucun signalement d’effet indésirable grave n’a été observé, d’après le laboratoire.

En France, on compte 25 000 volontaires pour tester des vaccins contre lA Covid-19.

Les questions en suspens

Mais, il ne faut pas crier victoire. L’essai se poursuit encore actuellement et des questions restent en suspens. L’analyse finale aura lieu lorsqu’un total de 164 cas confirmés de Covid-19 se seront accumulés. Il faut aussi que l’étude évalue si le vaccin fourni une protection chez les personnes qui ont déjà été exposées au Sars-CoV-2, et contre la forme sévère de l’infection.

Il reste aussi à étudier sa conservation, car pour l’instant, le vaccin nécessite une conservation à moins 80°, ce qui pose problème pour le transport notamment. Ensuite, il faudra le fabriquer à grande échelle, après avoir obtenu l’autorisation de mise sur la marché.

D’autre part, pour la première fois dans l’histoire de la fabrication d’un vaccin, celui de Pfeizer (et de Moderna) est à base d’Arn messager, c’est-à-dire d’une fraction de l’Adn du virus, qui demande à notre organisme de fabriquer un antigène spécifique, et non pas fabriqué à partir du virus lui-même, inactivé (comme pour la polio, la grippe) ou atténué (comme la rougeole), ce qui peut poser problème pour la santé humaine.

Le coronavirus SARS-Cov-2 a fait plus de 1,2 million de morts dans le monde, dont 42 000 en France.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (Oms), 10 essais cliniques de vaccins sont actuellement en phase 3 dans le monde, dont ceux de la biotech américaine Moderna, de plusieurs laboratoires étatiques chinois et du britannique AstraZeneca, en collaboration avec l’université d’Oxford.

Les autorités chinoises ont donné leur feu vert à une utilisation d’urgence pour certains de ces vaccins. La Russie a déclaré que son vaccin Spoutnik V, était efficace à 92%. Le pays a soumis fin octobre à l’Oms une demande de préqualification de ce vaccin, « enregistré » par les autorités début août, ce qui correspond en Russie à l’étape préalable à la phase finale des essais cliniques.