L’alcool a été responsable de 41 000 décès en France en 2015. Ce sont les 55-75 ans qui, en volume, boivent souvent le plus, d’après les chiffres de Santé publique France.


Contrairement aux idées reçues, les jeunes, certes, boivent beaucoup, mais occasionnellement. Ce sont les 55-75 ans qui, en volume, boivent le plus, d’après les chiffres de l’alcool publiés par Santé publique France.

On boit moins qu’avant en France mais…

Les Français de plus de 15 ans consomment en moyenne 11,7 litres d’alcool pur par an, contre 26 litres il y a soixante ans. En effet, à cette époque, ils consommaient plus de vin quotidiennement à table. L’habitude est tenace encore aujourd’hui chez les 55-75 ans et qui pensent pour certains que le vin n’est pas un alcool comme les autres, voire qu’il serait bon pour la santé ! Redescendons sur terre, les chiffres de Santé publique France sont sans appel : en 2015, l’alcool a été responsable de 41 000 décès en France, dont 16 000 par cancer. Il reste la deuxième cause de mortalité évitable après le tabac, avec 7 % du nombre total de décès de personnes âgées d’au moins 15 ans en 2015.

Chaque année, l’alcool est  à l’origine de près de 7 000 cancers de la sphère Orl, d’environ 7 000 cancers colorectaux et de plus de 4 000 cancers du foie.

Prévention zéro

La prévention est quasi inexistante en France, le vin étant érigé au rang de patrimmoine culturel, donc intouchable. Les alcooliers rivalisent d’ingéniosité pour inciter à boire toujours plus. Leur cible favorite : les jeunes et leurs réseaux sociaux. Ainsi sur Instagram, des « influenceurs » sont payés pour diffuser des images festives sur l’alcool et sont suivis par des milliers de « followers ».

D’une manière générale, peu de campagnes de communication efficaces sont réalisées sur les risques liés à l’alcool. Les taxes sont peu élevées et le vin est encore moins taxé que les autres alcools. A quand une vraie politique de santé publique en France à l’image de celle contre le tabagisme ?