Le Parisien révèle des informations exclusives. Trois petites filles sont nées avec une malformation en 2016 autour de l’étang de Berre


Ces dernières années, plusieurs cas de bébés nés sans bras avaient défrayé la chronique dans l’Ain, le Morbihan et la Loire-Atlantique. Cette nouvelle affaire vient s’ajouter aux précédentes. Il s’agit aujourd’hui de trois petites filles, nées en juin, août, novembre 2016, dans un rayon de 30 km autour de Vitrolles (Bouches-du-Rhône) à Salon-de-Provence, Septèmes-les-Vallons et Gignac-la-Nerthe. 

 

Selon les informations du Parisien, il s’agit bien « d’un cas groupé », encore appelé « cluster ». En effet, la survenue de trois malformations de ce type dites « agénésie transverse des membres supérieurs » (Atms), à quelques kilomètres de distance, et en peu de temps, est supérieure statistiquement à ce qui devrait survenir, selon les données de la littérature scientifique, note le Parisien.

Ce sont les familles elles-mêmes qui ont lancé l’alerte auprès de l’association Assedea. De nombreuses questions se posent et parmi elles, bien sûr, le pourquoi ? Il faut sans doute chercher du côté des pistes environnementales, toutes les familles vivant autour de sites pollués de l’étang de Berre. 

Après les affaires locales survenues dans l’Ain, le Morbihan, et en Loire-Atlantique, une enquête nationale a été lancée par les autorités sanitaires, dont les premières conclusions doivent être divulguées fin janvier.