A partir du 16 novembre, l’Assemblée nationale va examiner en 2ème lecture un article qui met à mort la loi Evin. Pour l’empêcher : les associations se mobilisent.

Les associations dénoncent  «la pression d’un lobby qui cherche à endormir avec un vocabulaire trompeur (“assouplissement”, “clarification”, “apporter des précisions”)» poussant les députés  à en finir avec le volet Alcool de la loi Evin.

Pour les signataires, l’objectif de deux puissants lobbys, celui de la publicité et des alcooliers est clair :  «faire boire davantage d’alcool à la jeunesse en envahissant de publicité indirecte la télévision, le cinéma et tous les autres écrans, via Internet et les réseaux sociaux. Et le tout, sous le prétexte fallacieux de défendre et promouvoir ainsi le patrimoine et les paysages viticoles, ce que bien évidemment la loi Evin n’a jamais interdit. C’est d’ailleurs la quasi totalité des boissons alcooliques qui profiterait de ce nouveau cadre car elles sont nombreuses à pouvoir exciper d’une origine géographique : rhums ultramarins, whiskies écossais, vodkas russes et polonaises, tequila mexicaine, bières d’abbaye».

Amender la loi, ce serait nier la volonté des français . La dernière étude de l’INPES indique de 89 % des Français pensent que, globalement, il y a suffisamment (55 %) voire trop (34 %) de publicités en faveur des boissons alcoolisées et 70 % d’entre eux considèrent que ces publicités incitent les jeunes à consommer de l’alcool. Enfin, 6 Français sur 10 pensent qu’il faudrait que les mesures actuelles prévues par la Loi Evin soient plus restrictives. 

Les chiffres sont sans appels : chaque fois que la publicité s’accroit de 10 %, la consommation, celle des jeunes en premier lieu, augmente mécaniquement de 2,5 %. 

 

Quelques unes des associations signataires : (ANPAA), Collectif Hépatites Virales (CHV), Fédération Addiction, Fédération Nationale de la Mutualité Française (FNMF), Fédération Française d’Addictologie, Ligue Contre la Violence Routière, La Mutuelle Des Etudiants, Société Française d’Alcoologie (SFA,  Société Française de Santé Publique (SFSP), Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire (UFSBD)