Les événements douloureux de la vie ont une répercussion sur la santé, d’après le dernier rapport « Pacte pour la santé globale des plus vulnérables » de la Croix-Rouge.

Un divorce, la perte d’un proche, un licenciement… ces événements douloureux de la vie peuvent avoir des répercussions sur la santé. C’est ce que pensent 93 % des personnes interrogées dans le cadre d’un rapport de la Croix-Rouge, intitulé « Pacte pour la santé globale des plus vulnérables » et rendu public à l’occasion des Journées nationales (du 28 mai au 5 juin) de l’organisme.

La peur de basculer dans la précarité

D’autre part, 76 % des personnes interrogées craignent un jour de basculer dans un état de vulnérabilité en raison d’un problème de santé. Ils sont à nouveau 93 % à considérer que la santé est un élément décisif et essentiel pour le retour à l’autonomie des personnes fragiles et vulnérables.

63 % des personnes interrogées jugent que les moyens développés par les acteurs de santé ne sont pas suffisamment innovants pour répondre aux besoins fondamentaux des personnes les plus fragiles.

Une majorité de Français a déjà dû renoncer à une aide en raison d’un manque d’information (53 %) ou en raison de la lourdeur administrative des démarches (52 %).

De même, un sentiment de dévalorisation à demander cette aide (35 %) et des pratiques décourageantes de professionnels de santé (33 %) freinent les demandes et donc les obtentions d’aides. Au final, 62 % des Français ont déjà renoncé à une aide pour l’une de ces raisons.