La crise sanitaire met à mal la santé mentale des Français, alertent les psychiatres. Ils appellent à une prise de conscience gouvernementale et proposent un « Matignon de la psychiatrie ».

Troubles du sommeil, tristesse, colère, anxiété… Le moral des Français est en berne avec la crise sanitaire qui dure, les confinements et couvre-feux. Le secteur de la psychiatrie, parent pauvre de la santé publique depuis des années, se retrouve maintenant en première ligne pour soigner les patients au bout du rouleau.

L’appel des psychiatres

Lors d’une visioconférence, jeudi 3 décembre, cinq professionnels de la santé mentale ont lancé un appel au gouvernement. Les psychiatres et psychologues Serge Hefez, Rachel Bocher, Marion Leboyer, Marie-Rose Moro et la philosophe et psychanalyste Cynthia Fleury s’inquiètent de l’état psychique des Français et proposent un « Matignon de la psychiatrie et de la santé mentale », au plus vite, pour sauver la psychiatrie en souffrance. La Dr Rachel Bocher, présidente de l’Intersyndicat national des praticiens hospitaliers (Inph) à Nantes, demande « moins de discours mais des actes ».

Car à la suite de cette crise sanitaire, tous les âges sont concernés par les troubles psy. « Les enfants et les adolescents sont particulièrement touchés », explique Marie-Rose Moro, directrice de la Maison de Solenn à Paris. « Sans parler des personnes âgées qui ont beaucoup souffert du manque de liens avec leurs proches, complète Serge Hefez, et chez lesquelles on a observé de nombreux syndromes de glissement [Ndlr se laisser mourir]. »

Rappelons qu’avant la crise sanitaire, en 2019, 12 millions de Français étaient touchés par une maladie psychiatrique sévère (troubles anxieux, dépressions, suicides, schizophrénies, troubles du spectre de l’autisme).

Les points du « Matignon de la psychiatrie et de la santé mentale »

Les professionnels appellent donc à un « Matignon de la psychiatrie et de la santé mentale ». Ils souhaitent aussi que soit créée une mission interministérielle d’une durée de six mois, pour élaborer un projet de loi « psychiatrie et santé mentale » dont les conséquences financières devront figurer dans le Plfss 2022.

Concrètement, le collectif revendique :

• une amélioration de la lisibilité des parcours de soins ;

• un accès aux soins de proximité pour tous ;

• un soutien à la prévention et au repérage précoce ;

• des moyens dédiés à la recherche et à l’innovation dans le domaine de la psychiatrie.

Les spécialistes de la santé mentale souhaitent de grandes campagnes d’information sur les maladies psychiques, afin que les malades osent parler de leurs troubles et surtout qu’ils ne tardent pas à consulter dès les premiers symptômes : fatigue, tristesse, insomnie…

Les professionnels de l’appel pour un « Matignon de la psychiatrie et de la santé mentale » :

  • Dr Rachel Bocher, présidente de l’Intersyndicat national des praticiens hospitaliers (Nantes). 
  • Dr Marion Leboyer, psychiatre, directrice de la Fondation Fondamental (Creteil). 
  • Dr Serge Hefez, psychiatre et psychanalyste (Paris). 
  • Dr Marie-Rose Moro, pédopsychiatre, responsable de la Maison de Solenn (Paris). 
  • Cynthia Fleury, philosophe et psychanalyste, professeur titulaire de la chaire Humanités et Santé au Conservatoire national des arts et métiers (Paris).