La mutuelle, qui recyclait déjà le papier dans son centre de gestion de Grenoble, a décidé d’élargir cet engagement à son siège et à ses deux agences chambériennes. 


On imprime, on lit, on garde et on jette… Plus maintenant : la Mutuelle Entrenous a mis en place la collecte du papier. Pour ce faire, la mutuelle s’est rapprochée de l’Esat (établissement et service d’aide par le travail) du Nivolet, chapeauté par l’Apei (Association d’amis et de parents d’enfants inadaptés) de Chambéry, un partenaire dont la mutuelle partage les valeurs. « La collecte a été officiellement lancée le 18 octobre. Des corbeilles de tri et des bacs roulants ont été installés, explique Céline Decoster, chargée de communication à l’Esat. Il y a 21 corbeilles pour les 25 salariés du siège de la mutuelle et 2 dans chaque agence chambérienne. « Le bac roulant de 240 litres est collecté tous les quinze jours au siège, et une fois par mois dans les agences. » C’est Paul, accueilli à l’Esat, qui est chargé de la collecte des bacs, selon un planning bien précis. 

Cela se pratiquait déjà en Isère , il était temps de l’étendre à la Savoie. « C’est la matérialisation d’un projet à valeur ajoutée, se félicite Nathalie Cuglietta, chargée de communication à la mutuelle. C’est fédérateur : nous sommes tous rassemblées autour d’une action utile, écologique et solidaire. » 

Démarche sécurisée 

Une séance de sensibilisation des salariés de la mutuelle a été organisée (photo). « Nous leur avons expliqué ce qu’ils pouvaient jeter : tout type de papier, y compris les post-it, les enveloppes ou les magazines, en laissant les trombones (qui peuvent être réutilisés) et les agrafes, mais sans les froisser ou les chiffonner », ajoute Céline Decoster. Le papier collecté est trié à l’Esat. La démarche est sécurisée, certains documents pouvant contenir des données sensibles sont automatiquement passés au destructeur de papiers. « Nous avons sensibilisé les personnes accueillies à la confidentialité, elles ne doivent pas lire les documents qu’elles sont amenées à trier. Nous pouvons aussi fournir des caissons sécurisés avec fente pour la récupération de documents sensibles, voire collecter le papier broyé », précise Céline Decoster. 

Une fois par an, l’Esat fournit un bilan du papier collecté et des effets positifs de cette action sur la planète. 

Que de très bonnes raisons donc, de s’engager ! 

Sihem Boultif