Selon une étude du cabinet Gerep pour le Figaro, trois ans après la mise en place du contrat d’accès aux soins, ophtalmos, gynécos et également pédiatres, ne modèrent toujours pas leurs tarifs.


L’étude porte sur trois spécialités médicales : pédiatres, opthalmos et gynécos. Dans les dix plus grandes villes de France, seul un médecin sur cinq a signé un contrat d’accès aux soins, acceptant ainsi de limiter ses dépassements d’honoraires. Seuls 8 % des ophtalmos ont adhéré à ce contrat, suivis par les gynécologues (19 %) et les pédiatres (33 %). Les plus mauvais scores se retrouvent à Paris (4 % d’adhésion) et à Lyon (7 %).