Les premiers résultats de l’enquête Elfe, menée par l’Inserm, font apparaître une prévalence élevée des sypmtômes respiratoires, surtout chez les nourrissons.

L’enquête Elfe, qui analyse, chez une cohorte d’enfants et leurs familles, de la naissance au début de la vie adulte, comment les conditions périnatales, l’environnement, affectent le développement, la santé, la socialisation. [fn]vaste cohorte, mise en place grâce au soutien de divers organismes publics (Inserm, Santé publique France, ministère de la santé..) qui porte sur plus de 18000 enfants nés en 2011 dans 349 maternités après au moins 33 semaines de terme, ainsi que leurs parents.[/fn] livre ses premiers résultats. 

Focus sur la santé respiratoire des enfants

L’enquête met en évidence « une forte prévalence des symptômes respiratoires chez les nourrissons, avec, comme cela avait déjà été décrit pour l’asthme dans d’autres travaux, une fréquence un peu plus élevée chez les garçons que chez les filles ». A l’âge de 2 mois, 4,2 % des enfants présentaient des sifflements, 11,2 % une dyspnée, 16,7 % une toux, 21,2 % un encombrement bronchique. A un an, on observe les chiffres suivants : 21,1 % pour les sifflements, 29,8 %  pour la dyspnée, 51,8 % pour la toux et 49,9 % pour les encombrements.  Ce qui correspondait à une augmentation globale de 44,9 % des symptômes entre 2 mois et un an.

Par ailleurs, l’étude accrédite l’existence de liens entre tabagisme maternel pendant la grossesse et présence de signes respiratoires à 2 mois et à 1 an, ainsi que l’influence d’un terrain atopique parental sur ces symptômes.