On en parle depuis fin 2019, cela devient une réalité, Vendredi 26 mars, le gouvernement lance officiellement l’expérimentation du cannabis thérapeutique sur l’ensemble du territoire.


« C’est le rôle de la médecine que de combattre les maladies et de soulager les douleurs. En tant que médecin, en tant que ministre, je suis fier que la France puisse expérimenter l’usage du cannabis à des fins médicales, et d’ainsi mieux accompagner des milliers de patients qui affrontent des pathologies lourdes. Cette expérimentation, nous la menons de manière rigoureuse, en lien étroit avec les professionnels de santé et sous le contrôle de l’Ansm. » a déclaré Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, lors du lancement de l’expérimentation, le vendredi 26 mars.

En pratique

3000 patients qui souffrent de douleurs chroniques neuropathiques, de certaines formes d’épilepsie sévères, ceux qui sont en soins palliatifs, ceux qui ont des pathologies du système nerveux central comme la sclérose en plaques, et enfin ceux qui ont des douleurs provoquées par le cancer ou par ses modes de traitements comme la chimiothérapie, bénéficieront du cannabis thérapeutique. Le dispositif expérimental doit s’étaler sur deux ans.

S’il rentre dans ces catégories, le malade pourra se rendre dans l’une des 215 structures médicales de référence présentes sur le territoire. On lui prescrira une ordonnance, avec les médicaments sous forme d’huile pour voie orale et des fleurs séchées à vaporiser puis inhaler. Ces traitements sont strictement sélectionnés et contrôlés par l’Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé (Ansm), et distribués par des laboratoires français.

L’agence, de son côté, assure que les patients seront suivis et inscrits dans un registre. Un rapport sera remis au Parlement 6 mois avant la fin de l’expérimentation avant une éventuelle généralisation.