A l’apérif ou mijotés pour accompagner un plat, les insectes débarquent bientôt dans nos assiettes. La Commission européenne a autorisé, pour la première fois, le 4 mai dernier, l’insecte comme aliment. Plus précisément, la forme larvaire de l’espèce Tenebrio molitor, autrement dit, les vers de farine jaunes séchés. Bon appétit !

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) avait déjà considéré que les larves du ténébrion meunier, « pouvaient être consommées sans danger », en janvier dernier. Aujourd’hui, ce sont les 27 États membres qui ont donné leur feu vert, pour l’utilisation de « vers de farine jaunes séchés en tant que nouvel aliment ».

Que des qualités

L’espèce d’insecte Tenebrio molitor, ou ténébrion jaune, communément appelée le ver de farine jaune, sous forme séchée, se retrouvera au menu des Européens, prochainement. Nous le consommerons, entier sous forme de « snack », par exemple grillés et aromatisés pour l’apéritif ou en poudre dans divers plats et produits alimentaires, biscuits, pâtes… 

Nous ne serons pas les premiers à déguster des insectes. Des millions de personnes dans le monde en consomment déjà. Même l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao) qualifie les insectes de «  source alimentaire saine et très nutritive à forte teneur en matières grasses, protéines, vitamines, fibres et minéraux  ».

Pour la Commission européenne, les insectes constituent, «  une source de protéines de substitution qui peut soutenir la transition de l’UE vers un système alimentaire plus durable  », affirme-t-elle. Car, l’élevage d’insectes a une empreinte écologique limitée par rapport aux autres sources de protéines, explique la Commission.

Sur la carte des insectes, en attente d’autorisation de l’Europe : les sauterelles et les grillons.