Tiers payant, forfait hospitalier, remboursement des lunettes, lutte contre les déserts médicaux… les pistes d’Agnès Buzyn, ministre de la Santé.

Economies à tous les étages, le programme d’ Agnès Buzyn, ministre de la Santé a été détaillé dans une interview au Journal du dimanche (Jdd), le 22 octobre dernier.

Tiers payant : il ne sera pas généralisé le 30 novembre

Mauvaise nouvelle pour les Français : ce qui devait être un droit pour tous et après moult tergiversations, Agnès Buzyn déclare que le gouvernement n’a pas les moyens techniques d’étendre le tiers payant. Elle fait echo au dernier rapport de l’Inspection générale de la santé (Igas) qu’elle avait commandé et dans lequel on peut lire que la généralisation du tiers payant était « irréaliste », compte tenu de « freins techniques » et d’une confiance  « encore trop fragile » des professionnels de santé malgré des progrès.

Rappelons que le tiers payant généralisé à tous les assurés est une mesure qui a été votée sous le quinquennat de François Hollande. Il devait rentrer en application le 30 novembre. Ce ne sera donc pas le cas.

De leur côté, les syndicats de médecins libéraux qui n’ont eu de cesse de revendiquer « le casse-tête administratif et bureaucratique pour l’application du tiers payant à tous », crient victoire à cette annonce.

A noter : le tiers payant fonctionne pour l’instant pour les bénéficiaires de la Cmuc, les femmes enceintes et les patients en affection de longue durée (Ald).

Hôpital

L’ambulatoire (le fait de rentre le matin pour une opération et de ressortir le soir) sera favorisé et développé. « En chirurgie, par exemple, l’objectif est qu’en 2022, sept patients sur dix qui entrent à l’hôpital le matin en sortent le soir, contre cinq aujourd’hui », explique-t-elle dans l’interview. Elle souhaite également une mutualisation des dépenses notamment pour l’achat des médicaments.

Optique, dentaire…

A propos du remboursement à 100% des lunettes, des prothèses auditives et dentaires, la ministre de la Santé précise dans l’entretien au Jdd : « Je souhaite y arriver bien avant la fin du quinquennat. Mon but est d’aboutir d’ici à un an. »

Tabagisme

Le prix du paquet de cigarettes va augmenter d’un euro en mars prochain. Il coûtera 10 euros en 2020.

Lutte contre les déserts médicaux

Comment faire en sorte de favoriser l’accès aux soins pour tous ? La ministre n’envisage pas, pour l’heure, de contraindre les médecins à s’installer dans une zone donnée, par exemple la région de leur études. Elle pense que l’incitation financière est la meilleure façon pour inciter les jeunes médecins à s’installer dans des zones de désert médical.

Elle a choisi d’élargir à 18% du pays (contre 7% aujourd’hui) le périmètre des territoires où les médecins sont incités financièrement à s’installer.

Elle propose également la rémunération au forfait des équipes de soins (infirmière, kiné, diététicien…), qui suivent des patients atteints de pathologies complexes et ce qu’elle appelle les « exercices mixtes » pour les médecins hospitaliers qui pourraient asser un ou deux jours par semaine dans des établissements de santé situés en zone sous-peuplement médical.

Mardi 24 octobre, les députés planchent sur les 57 articles du projet de loi de financement de la Sécurité sociale.