Marcher pour faire connaître l'endométriose

Les représentantes des associations de lutte contre l’endométriose ont marché samedi 25 mars à Paris pour faire connaître cette maladie gynécologique douloureuse.

Longtemps, l’endométriose a été une maladie taboue. Sous l’impulsion des associations et de quelques « people », la chanteuse Imany, les comédiennes Julie Gayet et Laëtitia Milot, cette maladie gynécologique douloureuse est enfin sous le feu des projecteurs. Une convention a même été signée entre le ministère de la Santé et les associations pour améliorer la prise en charge des malades.

Une marche pour alerter sur l’endométriose

La marche de l’endométriose a eu lieu samedi 25 mars. C’est la quatrième année consécutive que cet événement a lieu. Le but ? Faire connaître cette maladie de l’utérus qui touche entre 6 et 10 % des femmes en âge de procréer et qui se manifeste souvent par des règles douloureuses. 40 % des femmes qui souffrent de douleurs chroniques pelviennes, en particulier au moment des règles, sont atteintes d’endométriose, constate l’Inserm. La douleur peut également se manifester lors des rapports sexuels, au moment de la défécation ou de la miction.

Elle est également très mal diagnostiquée (le retard de diagnostic peut aller de six à dix ans) et les femmes sont condamnées à souffrir en silence. La maladie peut avoir des conséquences sur la fertilité. D’ailleurs, l’endométriose peut être découverte par hasard alors que la patiente consulte en raison d’une difficulté à concevoir un enfant.

Plus de renseignements : endofrance.org