Cette année, la campagne des Pères Noël verts sera menée 
différemment par les équipes de Solimut. Jouets et bonbons seront 
récoltés en même temps que les produits de première nécessité.

Cette fin d’année aura décidément un goût d’inédit. L’épidémie de Covid-19 et les décisions politiques qui en découlent rebattent les cartes. Au sein des foyers et dans les entreprises bien sûr, mais aussi pour les acteurs de la solidarité. Partout, les besoins s’accroissent. Partout, les moyens sont restreints.

Comme la plupart des actions menées en faveur des plus démunis, la campagne des Pères Noël verts du Secours populaire revêt un nouveau visage en 2020. Partenaire historique de la collecte, Solimut Mutuelle de France réinvente sa stratégie.

Un besoin encore plus criant

Depuis bien longtemps, Solimut Mutuelle de France s’associe activement à la campagne des Pères Noël verts créée par le Secours populaire en 1976. Objectif ? Collecter des jouets, des livres et des bonbons pour les enfants qui en manquent. « Pour que Noël n’oublie personne », rappelle le slogan. Jusqu’ici, les agences Solimut se transformaient alors volontiers en caverne d’Ali Baba durant plusieurs semaines. Au gré de ses allées et venues, chacun pouvait y déposer sa délicate attention, de préférence en bon état. Bien sûr, cette année, Covid-19 et confinement obligent, rien n’est plus pareil. Les événements permettant de lancer la campagne nationale ont été annulés alors que les collectes sont mises à rude épreuve. Pour autant, le constat du Spf est sans appel : « La pauvreté gagne du terrain. Le Secours populaire a aidé 1 270 000 personnes depuis le début de la crise sanitaire. 45 % d’entre elles n’étaient jusqu’alors pas connues de l’association. »

Dans ces conditions, pas question pour les équipes de Solimut Mutuelle de France de baisser les bras. « Sur le plan social, les conséquences sont terribles pour les gens. La solidarité est d’autant plus indispensable aujourd’hui. Il faut agir », lance Pierre Méry, chargé de l’animation du réseau militant Solimut. Lui et ses acolytes ont du s’adapter.

Dès la fin du mois de novembre, un système D sera mis en place. L’organisation différera en fonction des territoires. Dans les endroits les plus retirés, les adhérents recevront un courriel leur proposant de faire un don au Secours populaire. Certaines régions verront leurs agences ainsi que des centres de santé Oxance ouvrir spécifiquement durant deux ou trois jours pour collecter à la fois denrées, produits d’hygiène et jouets. D’autres organiseront des tournées pour récupérer les colis et les cadeaux directement devant la porte des donateurs.

On ne lâche rien !

« Cette année, on ne peut pas faire comme d’habitude mais l’essentiel est là : l’opération des Pères Noël verts se poursuit, la récolte et la distribution de produits de première nécessité aussi », renchérit Pierre Méry. L’idée est en effet de faire d’une pierre deux coups. Au printemps dernier, lors du premier confinement, Solimut Mutelle de France a redistribué 9 000 savons, 4 500 brosses à dents et autant de serviettes hygiéniques, à travers 17 points de livraison répartis sur l’ensemble de l’Hexagone.        

Laureen Borghese