Une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son compagnon. C’est encore la triste réalité des chiffres 2016 du ministère de l’Intérieur et du secrétariat d’Etat chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes.

Les chiffres de la violence conjugale sont tristement stables depuis quelques années. D’après le ministère de l’Intérieur : « En France, au cours de l’année 2016, 138 personnes sont décédées, victimes de leur partenaire ou ex-partenaire de vie.

Plus précisément : 109 femmes sont décédées en une année, victimes de leur compagnon ou ex-compagnon. 29 hommes sont décédés, victimes de leur compagne, compagnon ou ex-compagne.

9 enfants sont également décédés concomitamment à l’homicide de leur père et/ou mère.»

D’après les chiffres, les hommes sont responsables de 80 % des homicides. Dans 79% des cas, les victimes sont des femmes. Principal mobile de leurs meurtriers : la séparation.

Le profil de l’agresseur est un homme marié, âgé de 41 à 50 ans et souvent sans emploi. Dans 63% des cas, ces hommes sont inconnus des services de police.

Les décès sont survenus au sein de 70 couples mariés (50,72 %), 1 couple pacsé (0,73 %), 46 couples en concubinage (33,33 %), et 21 couples divorcés ou séparés (3 faits concernent des anciens conjoints et 18 faits des anciens concubins). 

Protéger les victimes

Le Premier ministre Édouard Philippe veut renforcer la coordination entre le ministère de l’Intérieur et le Secrétariat d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes pour lutter contre ces violences. Il s’agit de préserver les femmes mais aussi les enfants pour éviter qu’ils ne reproduisent ce qu’ils ont vu et subi.

Le gouvernement rappelle son implication pour le cinquième plan triennal de mobilisationet de lutte contre toutes les violences faites aux femmes (2017-2019) et pour le 1er plan triennal interministériel de lutte contre les violences faites aux enfants (2017-2019).

D’autre part, la Secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa a rappelé, samedi 2 septembre au journal télévisé de france 2 qu’il n’y aurait pas de baisse de subvention dans son ministère.

Pour alerter, le 3919 est un numéro de téléphone ouvert tous les jours.

Se renseigner sur les lois qui protègent les femmes sur le site du ministère.