Certificat médical obligatoire et mention « photographie retouchée » sont les deux mesures du texte de loi visant à protéger la santé des mannequins. Ils viennent d’être publiés et sont applicables immédiatement pour le certificat médical et à partir du 1er octobre pour les photos.

C’est officiel : le texte des deux « amendements mannequins » prévus dans la loi santé (janvier 2016) sont publiés ce vendredi 5 mai. Ils sont destinés à lutter contre les codes de maigreur extrême en vigueur dans certains défilés, néfastes pour la santé et mettant la vie des mannequins en danger. Que prévoient ces textes ?

Certificat médical

Le certificat médical est obligatoire dès aujourd’hui pour les mannequins. Il sera établi par les médecins du travail, ou libéraux conventionnés et valables deux ans. Il attestera « que l’état de santé global de la personne […], évalué notamment au regard de son indice de masse corporelle, lui permet l’exercice de l’activité de mannequin ». (Pour les mineures, ce sont les indicateurs figurant sur le carnet de santé qui seront pris en compte). L’employeur qui ne respectera pas cette obligation sera passible de six mois de prison et de 75 000 euros d’amende.

Mention « photographie retouchée »

Ce sera obligatoire à partir du 1er octobre. Cette mention concerne les images de publicité diffusées dans la presse, par affichage, dans la correspondance publicitaire, et en ligne. Elle ne s’applique pas aux contenus éditoriaux des publications de presse – les séries de mode des magazines. Ne pas respecter cette règle sera passible d’une amende de 37 500 euros.

L’anorexie : une vraie maladie

Le mannequin Adriana Karembeu l’a souvent répété en interview : « J’ai eu faim pendant vingt ans », c’est-à-dire tout le temps qu’elle a exercé son métier. En effet, pour pouvoir travailler, beaucoup de mannequins s’affament et mettent leur vie en danger. Ces méthodes peuvent aussi engendrer des troubles du comportements comme l’anorexie, véritable maladie mentale. D’après l’Inserm : « Le taux de suicide associé à l’anorexie est le plus important de toutes les maladies psychiatriques. » Sans aller jusque là, les complications de l’anorexie peuvent être des atteintes cardiovasculaires (baisse du rythme cardiaque, troubles du rythme, chutes de tension) qui touchent jusqu’à 87 % des patientes et l’aménorrhée (absence de règles).

L’anorexie peut également entraîner une anémie, causer des perturbations neurologiques, des troubles métaboliques du cholestérol et du glucose, mais également une perte des cheveux, des problèmes dentaires, rénaux, des constipations, un risque d’ostéoporose… Ces altérations sont le plus souvent réversibles lors de la reprise de poids.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (Oms), une personne est considérée comme maigre lorsque son indice de masse corporelle (Imc, qui correspond au rapport entre poids et taille) est inférieur à 18,5.