Ce serait sans doute une solution pour qu’un grand nombre de patients bénéficient d’une aide psychologique, surtout en ces temps de crise sanitaire, mais aussi sur le long terme : le remboursement des consultations chez le psychologue par la Sécurité sociale. Dans un rapport publié le 16 février, la Cour des comptes s’y déclare favorable.

Le remboursement sur prescription médicale des psychologues libéraux par l’assurance maladie, dispositif déjà en vigueur dans quelques départements, doit être « généralisé dès que possible », estime la Cour des comptes dans son rapport.

Forte demande d’aide psychologique

La demande d’aide psychologique est grandissante, surtout chez les jeunes. La crise sanitaire a précipité de nombreux Français dans un désarroi que les psychiatres pointent depuis plusieurs mois. Des initiatives de prise en charge par la Sécurité sociale des consultations de psychologues libéraux ont vu le jour, depuis deux ans, dans certains départements : les Bouches-du-Rhône, la Haute-Garonne, les Landes et le Morbihan, avec succès. Aujourd’hui, la Cour des comptes est favorable à sa généralisation, arguant du fait que le système français comporte de nombreuses défaillances dans la prise en charge psychologique : hospitalisations en hausse (340 000 personnes en 2018), pas de continuités des soins… et ce, pas seulement depuis la crise sanitaire. Le remboursement en amont permettrait d’économiser des dépenses de soins plus lourds.

Désengorger les centres médico-psychologiques

Les centres médico-psychologiques (Cmp) sont débordés. Il faut plusieurs mois pour obtenir un rendez-vous. La Cour préconise que « l’accès aux soins en Cmp pour les adultes passe par le filtrage d’un professionnel de première ligne comme le médecin traitant, afin que ces consultations soient enfin centrées sur les publics prioritaires ». 

Du côté du ministère de la Santé, on est attentif aux préconisations de la Cour des comptes, tout en pointant l’impact budgétaire d’un tel remboursement.