Le groupe Solimut entreprend une réflexion sur la place de l’économie sociale et solidaire (Ess) et de la responsabilité sociétale des entreprises.

A l’image de beaucoup ­d’acteurs économiques et sociaux, le groupe Solimut a entrepris une réflexion sur la place de l’économie sociale et solidaire (Ess) et de la responsabilité sociétale des entreprises (Rse) dans son environnement.
La dernière assemblée générale du groupe nous a permis de travailler sur ce sujet. Réunis en ateliers, les délégués se sont interrogés sur les impacts environnementaux, sociaux et éthiques de nos mutuelles.

Lors de cette réflexion collective, nous avons examiné notre quotidien, revu nos relations avec nos environnements et confronté nos valeurs à nos pratiques, pour en vérifier l’adéquation.

Les débats ont été riches et ont fait émerger 84 propositions de degrés différents, d’originalités diverses, mais toutes intéressantes qu’il nous faut aujourd’hui approfondir. Notre dernier conseil d’administration a décidé de poursuivre ce travail de réflexion avec l’aide de l’ensemble de nos collaborateurs.

Les dernières études montrent que 70 % des entreprises considèrent la Rse comme un enjeu important. Un tiers d’entre elles ont déjà développé des programmes sociaux, ayant compris que les résultats financiers ne suffisent plus. Beaucoup en ont aussi mesuré l’intérêt en terme d’image… Au moyen de la Rse, elles montrent au grand public l’intérêt qu’elles portent à l’environnement.

Pour la Mutualité, ce n’est pas une opération de communication ou un travail de son image. La Mutualité a toute légitimité pour intervenir sur ces sujets. Toute son histoire montre qu’elle a toujours su s’adapter, se transformer pour mieux répondre aux défis qui bousculent le système de protection sociale et de santé.

Au sein du Groupe Solimut, nous voulons poursuivre cet élan et être des bâtisseurs de l’avenir, dans l’intérêt des adhérents et l’intérêt général. René Char disait : « Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s’habitueront. » Une affirmation qui doit nous conduire à prendre le risque de notre singularité, de notre originalité, le risque de vivre les uns avec les autres, les uns pour les autres en faisant vivre la solidarité. Imposons notre chance d’être de vraies entreprises de l’Ess et montrons ce que nous savons faire. 

Jocelyne Leroux,
secrétaire générale du Groupe Solimut

 

Hommage à Serge Ducrocq

La famille mutualiste a appris  avec une profonde tristesse  le décès, à l’âge de soixante ans, de Serge Ducrocq, ancien président de la Smh et de la Mdgpss, survenu le 2 novembre.
Agent hospitalier du Chr de Lille, ancien entraîneur sportif, militant syndicaliste Cgt, Serge Ducrocq incarnait toutes les formes de la solidarité. Au sein des deux mutuelles qu’il a présidées de 2003 à 2017, il restera incontestablement l’homme du lien.
Présent dès les prémices de la Fédération des mutuelles  de France, artisan du rapprochement avec le Groupe Solimut, Serge Ducrocq savait, pour garantir la pérennité des mutuelles, l’importance des partenariats choisis. Il n’aura eu de cesse d’en revendiquer les origines ancrées dans le mouvement social.

Apprécié des adhérents, des salariés comme des administrateurs de la mutuelle pour son écoute, sa disponibilité et son humanité, il a su, par sa gentillesse, imprimer d’une marque indélébile la Smh et la Mdgoss en leur conférant un visage résolument humain.