La recherche avance aussi, du côté des traitements contre la Covid-19. Notamment une association de médicaments à base d’anticorps de synthèse, qui réduirait la mortalité de 70%.

Associer deux anticorps de synthèse serait efficace dans le traitement de la Covid-19. Lors d’un essai à grande échelle, ces molécules, le bamlanivimab et l’étesevimab ont réduit de manière significative les hospitalisations et les décès liés à l’infection chez des patients récemment diagnostiqués présentant des symptômes légers à modérés.

C’est quoi ?

Les traitements par anticorps de synthèse permettent de soigner les patients atteints par le virus afin de leur éviter une forme grave de la maladie. Le bamlanivimab et l’étesevimab sont deux anticorps monoclonaux humains dits « recombinants neutralisants », dirigés contre la protéine de pointe du Sars-CoV-2. Ils imitent la réponse naturelle du corps face à un virus, afin de le combattre plus efficacement. Ils bloquent la pointe du virus qui lui permet de s’attacher aux cellules humaines et de les pénétrer. Mais pour assurer leur efficacité, ils doivent être injectés au début de l’infection, quand les anticorps peuvent encore maîtriser l’envahisseur et que le patient ne développe qu’une forme légère à modérée de la maladie.

Dépister rapidement les patients à risque

Il est donc nécessaire de dépister rapidement les patients positifs ayant un fort risque de développer une forme grave de la maladie, avant que leur état de santé ne se dégrade et qu’ils entrent dans la deuxième phase du Covid-19, où ce n’est plus le virus qui est un danger, mais la surréaction du système immunitaire qui s’attaque aux poumons et à d’autres organes. « Le médicament doit être administré au plus tard dans les 10 jours suivant les premiers signes et symptômes cliniques d’infection par le coronavirus », précise le laboratoire Lilly qui a lancé l’essai.

Les anticorps monoclonaux éviteraient l’hospitalisation

Le bamlanivimab seul, est déjà autorisé pour une utilisation d’urgence comme traitement pour les patients à haut risque atteints de Covid-19 léger à modéré aux États-Unis.

D’autres anticorps monoclonaux comme le Régénéron seraient efficaces dans les mêmes conditions.

En revanche, ces traitements ne sont pas actifs dans la 2ème phase de la maladie. Lorsque les patients sont déjà hospitalisés.