Contrairement aux idées reçues, le télétravail n’est pas synonyme de silence et de quiétude, bien au contraire, il peut même aggraver la santé auditive, selon une enquête, publiée le mardi 6 octobre par l’association Journée Nationale de l’Audition (Jna).

Les salariés en télétravail se plaignent d’une ambiance sonore élevée, et estiment en être gênés quotidiennement. Tant et si bien que la santé auditive peut s’en trouver altérée. Ce sont les résultats de l’enquête publiée par l’association Jna.

53% des actifs en télétravail sont gênés par le bruit

En moyenne, plus d’un actif sur deux en télétravail (53%) déclare « être gêné par le bruit et les nuisances sonores » sur son lieu de travail au domicile. Pour ceux qui télétravaillent 2 ou 3 jours par semaine, ils sont 66%, note l’enquête.

1 actif en télétravail sur 2 déclare être gêné par le bruit et les nuisances sonores

Enquête JNA.

Pour les personnes qui télétravaillent tout le temps ou la plupart du temps, les conversations téléphoniques constituent la source de bruit la plus gênante (41% contre 29% en moyenne), avant les bruits extérieurs (rue, travaux…) ou les interactions personnelles environnantes.

Le télétravail sollicite le système auditif par l’utilisation quotidienne de casques et d’écouteurs sur une plus ou moins longue durée

Enquête JNA.

Le bruit dégrade la qualité du travail

Pour plus de 80% des télétravailleurs interrogés, la pollution sonore a des répercussions sur leurs comportements et dégrade leur qualité de travail. Et ce, depuis la crise sanitaire. Beaucoup de télétravailleurs disent être gênés par des difficultés auditives : 74% lors de visioconférences, 73% au téléphone, 71% en échanges individuels en visioconférence et 66% avec leurs proches.

www.sante-auditive-autravail.org