Manque d’énergie, fatigue à l’approche de l’hiver ? C’est peut-être une dépression saisonnière. La luminothérapie peut vous aider à la combattre.

« Chaque année c’est pareil, dès que les journées raccourcissent et que l’on se met à l’heure d’hiver, je déprime. Je me réveille fatiguée le matin, je n’ai pas le moral et j’ai une furieuse envie de grignoter toute la journée. »

Combler le déficit de lumière

Si vous êtes comme Jacqueline, vous souffrez peut-être de dépression saisonnière. Avant toute chose, il est important d’aller consulter un médecin qui vous examinera pour bien connaître vos antécédents médicaux. En partant de votre histoire personnelle, il s’assurera que vous ne souffrez pas d’une autre affection. En effet, certains symptômes peuvent laisser penser faussement à la dépression saisonnière, comme l’hypoactivité de la thyroïde, l’hypoglycémie, certaines maladies virales chroniques ou le syndrome de fatigue chronique. Une fois le diagnostic posé, le médecin vous proposera un traitement. Le principe de base de la luminothérapie, ou photothérapie, est de combler le déficit de lumière et d’aider la personne à atteindre un état d’esprit plus énergique, plus gai, comme pendant l’été.

Comment se déroule les séances ?

Les séances durent environ une demi-heure, à une fréquence d’une fois par semaine. Elles ont lieu de préférence le matin. Vous vous placez à 60 centimètres d’une lampe qui diffuse de la lumière blanche, équipée d’un filtre anti-UV d’une intensité d’environ 10 000 lux. Il n’est pas nécessaire de regarder fixement la lampe. Il suffit d’être en face, les yeux ouverts, pour obtenir un effet thérapeutique. La cure peut être plus ou moins longue en fonction des besoins.

A la consultation de luminothérapie de l’hôpital Sainte-Anne, on vous proposera une cure de 14 jours. Après, vous ferez le point avec un médecin qui vous prescrira d’autres séances si vous en avez besoin.

Pour les personnes qui souffrent de problèmes oculaires, il est prudent de consulter un ophtalmologiste avant d’effectuer les séances. Vous pouvez aussi pratiquer la luminothérapie chez vous à l’aide de lampes spécifiques. Mais attention, c’est le médecin qui vous orientera pour la location ou l’achat d’une lampe.

Consultation de photothérapie à l’hôpital Sainte-Anne : 0145 65 88 15.
A lire : Soif de lumière, du Dr Norman E.Rosenthal et Gérard Pons, aux éditions Jouvence.