L’épidémie Covid-19 a fait environ 1 900 morts en Chine et infecté 73 433 personnes dans le monde, dont 72 436 en Chine. Les chiffres sont en légère baisse. Si les autorités chinoises se veulent rassurantes, l’Organisation mondiale de la santé (Oms), quant à elle, appelle à la vigilance.

Malgré la baisse des infections, l’Organisation mondiale de la santé a ainsi mis en garde contre un excès d’optimisme. « Il est trop tôt pour affirmer que ce recul va se poursuivre. Tous les scénarios restent possibles », affirme son directeur général, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Selon une étude chinoise, environ 14 % des patients souffrent de maladies graves, comme la pneumonie, tandis qu’environ 5 % développent des maladies très graves, telles qu’une insuffisance respiratoire ou un choc septique. Dans 2 % des cas signalés, le virus est mortel, et le risque de décès augmente avec l’âge.

En France, un touriste chinois âgé de 80 ans, est décédé à l’hôpital Bichat à Paris. Il était arrivé à Paris, le 16 janvier dernier. Son état s’était rapidement dégradé et il se trouvait depuis plusieurs jours dans un état critique. En revanche, sa fille, âgée de 50 ans, également hospitalisée, est guérie et devrait sortir bientôt. Comme elle, trois autres patients ont guéri du coronavirus.

Sept autres personnes restent hospitalisées à ce jour : une Chinoise à Paris et six Britanniques qui séjournaient dans un chalet à Contamine-Montjoie (Haute-Savoie). Leur état « n’inspire pas d’inquiétude aujourd’hui », a toutefois précisé le ministère.