L’inscription du cancer du rein au tableau des maladies professionnelles sera enfin, bientôt une réalité. C’est une bonne nouvelle pour les malades et les partenaires sociaux qui se battent pour une reconnaissance, depuis des années.

La création du tableau n° 101, permettant d’établir l’origine professionnelle de cancers du rein liés à l’exposition au trichloroéthylène, sera bientôt publié au Journal officiel (JO). Après une longue attente…

Produit cancérogène

Le tableau 101 facilitera la reconnaissance pour toutes les personnes exposées à du trichloroéthylène. Ce toxique puissant, était utilisé dans tous les puits de mine du bassin houiller lorrain, où l’on en écoulait 100 000 litres par an. Il était apprécié au fond des mines, car il est ininflammable. Mais, ce solvant étaient aussi recommandé pour l’entretien des moteurs électriques, par exemple, ou dans l’industrie du caoutchouc, des produits d’entretien, des peintures et vernis…

Aujourd’hui, il est avéré que le trichloroéthylène, attaque le système nerveux central. Il irrite la peau et les muqueuses. Après de nombreuses études françaises et européennes, il est reconnu cancérogène avéré pour l’être humain (groupe 1 du Centre international de recherche du cancer) en ce qui concerne le cancer du rein, en octobre 2012.

Des risques de cancer du foie et de lymphome non-Hodgkinien sont suspectés d’être associés à une exposition au trichloroéthylène, mais les données scientifiques sont actuellement insuffisantes pour conclure.