La maltraitance envers les enfants peut avoir des conséquences dramatiques sur leur santé physique et psychique, d’après une enquête de Santé publique France. Chaque année, 50 000 plaintes sont déposées pour violences sur des enfants. Comment les dépister au vite ?

Elle peut être physique, sexuelle, psychologique, la maltraitance envers les plus jeunes revêt différentes formes. Les enfants témoins d’actes agressifs dans la sphère familiale, victimes de négligence… sont aussi impactés par cette violence. Ils peuvent développer des troubles divers comme : de l’anxiété, de la dépression, des retards de langage et à l’adolescence : des troubles du comportements alimentaires, des conduites addictives, suicidaires… A plus long terme, on peut voir émerger des maladies chroniques comme le diabète, l’asthme, ou la fibromyalgie… Pour éviter ces troubles, il faut dépister au plus vite.

Agir

Le médecin traitant, le pédiatre sont les premiers interlocuteurs pour dépister les premiers signes de la maltraitance, qui existe dans toutes les classes sociales. L’examen clinique est décisif mais aussi l’observation de l’enfant pendant la consultation qui pourrait faire penser au repli sur soi, l’évitement, des troubles du comportement, une agressivité… Le professionnel de santé doit fonder sa suspicion de maltraitance sur un faisceau d’arguments. Il doit alerter l’autorité compétente en étant factuel dans son signalement. Et devant une situation de maltraitance, il est essentiel qu’il ne reste pas seul. D’autres soignants sont concernés pour faire un signalement comme les sages-femmes, les infirmiers, les médecins scolaires, les radiologues, les médecins et paramédicaux des structures d’accueil de la petite enfance et des services médico-sociaux.

Le 119

Le simple citoyen peut agir aussi pour lutter contre les maltraitances envers les enfants, en composant le 119. Ce numéro national est dédié à la prévention et à la protection des enfants en danger ou en risque de l’être ; 45 écoutants, professionnels de l’enfance, se relaient pour répondre aux appels. Il est joignable tous les jours, même la nuit, de toute la France, y compris des départements d’Outre-mer. L’appel est gratuit depuis tous les téléphones. La confidentialité des appels est respectée.
Les enfants et adolescents aussi peuvent composer le 119, s’ils sont confrontés à une situation de risque et de danger, pour eux-mêmes ou pour un autre enfant qu’ils connaissent.