Le lupus : une maladie auto-immune très invalidante

Le lupus est une maladie due à un dérèglement du système immunitaire. Elle est très invalidante et touche des femmes à 85 %.

Le 10 mai, Journée du lupus, qui existe depuis 2004, est l’occasion de rappeler que c’est une maladie rare (maladie pour laquelle la prévalence est faible, il en existe dans le monde, environ 8000), pour laquelle la recherche est primordiale.

Connaissez-vous le lupus ?

C’est une maladie auto-immune, (c’est-à-dire que le système immunitaire combat ses propres cellules les considérant comme des ennemis), très invalidante qui touche en France entre 20 000 et 40 000 personnes dont 85% de femmes.

Comment se manifeste-t-elle ? : l’organisme ne se protège plus contre lui-même, ce va provoquer en cas de lupus des réactions inflammatoires et des lésions de tissus. La peau, les articulations, le système nerveux central, les cellules sanguines ou encore les reins sont les parties du corps les plus touchées.

L’Assurance maladie précise que sur le visage, les « rougeurs prennent l’aspect d’un masque en forme d’ailes de papillon, autour des yeux, sur le nez et les pommettes ».

Un diagnostic difficile à poser : comme beaucoup de maladies rares, les patients errent de nombreuses années avant de savoir exactement de quoi ils souffrent. Car les symptômes, éruptions cutanées dans 80% des cas, arthrite, troubles neurologiques sont multiples et font penser à diverses pathologies. En France, les patients doivent attendre deux à cinq ans avant d’obtenir un diagnostic adapté à leur maladie.

Pas de traitement curatif

La vie des malades n’est pas de tout repos, entre poussées et phases de « rémissions ». Heureusement, il existe des médecins spécialistes du lupus (rhumatologue, néphrologue…) qui pourront atténuer les poussées inflammatoires et les complications souvent des douleurs très fortes. L’hygiène de vie, une alimentation équilibrée, l’arrêt du tabac, une faible exposition au soleil ou la pratique du sport peuvent prévenir les crises ou les atténuer.