SABINE LE GONIDEC, QUARANTE-DEUX ANS, EST RESPONSABLE DE LA PREMIÈRE COOPÉRATIVE FUNÉRAIRE FRANÇAISE.

«Il s’agit d’une agence de pompes funèbres organisée en société coopérative d’intérêt collectif (Scic) qui propose depuis 2016, à Nantes, des prestations à prix maîtrisés avec un grand travail d’accompagnement. Ce modèle vient des coopératives funéraires du Québec.
Un collectif de citoyens nantais, insatisfaits des prestations, des prix pratiqués, déplorant l’opacité des propositions commerciales ou la pression qui pouvait être mise sur les familles, s’en est inspiré. Avant 1993, le funéraire relevait des municipalités. Après cette date, avec l’ouverture au privé, c’est devenu un marché destiné à des personnes fragilisées, donc manipulables. Nous étions convaincus qu’il était possible d’imaginer un service qui soit le reflet de nos idéaux, c’est-à-dire garantissant une gestion désintéressée. Nous sommes une coopérative dont les parts sociales sont détenues par les salariés et des entreprises en lien avec l’économie sociale et solidaire, des associations et des citoyens. Un membre égale une voix. La coopérative funéraire propose à chacun d’être acteur de ses obsèques.» l Anne-Marie Thomazeau www.cooperative-funeraire.fr