Le comité départemental des Alpes-de-Haute-Provence de la Ligue contre le cancer organise avec d’autres partenaires une action de prévention du cancer colo-rectal le 1er juin à Digne-les-Bains.

Il est des sujets qui ne suscitent pas d’emblée une franche adhésion : le dépistage du cancer colo-rectal en fait partie. Pour Marie, institutrice de cinquante-deux ans, c’est la gêne éprouvée à l’idée de faire une analyse de selles qui prévaut. Chez Didier, informaticien de cinquante-quatre ans, la peur qu’on lui trouve « quelque chose » constitue le principal frein…

Des réticences qui se traduisent par une faible participation aux campagnes de dépistage organisé du cancer du côlon[fn]Tous les deux ans, les personnes de 50 à 74 ans peuvent bénéficier gratuitement du dépistage organisé du cancer colo-rectal. Pour participer à ces campagnes dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence et des Alpes-Maritimes, contacter l’Apremas (centre de coordination de dépistage des cancers) au 04 92 29 72 81.[/fn]. Le Dr Gilbert Bordes, oncologue au centre hospitalier de Digne-les-Bains et président de la Ligue contre le cancer 04, fait état des chiffres ­locaux : le taux de participation est seulement de 33 % dans le département. Pourtant, ce cancer était en 2011, en France, le troisième le plus fréquent chez l’homme et le deuxième chez la femme. Avec 37 400 cas annuels, il est la deuxième cause de mortalité, après celui du poumon.

Meilleure arme contre ce fléau : le dépistage précoce. « A partir de cinquante ans, on a donc tout à gagner à passer un test de dépistage tous les deux ans. Car la bonne nouvelle, c’est que lorsqu’un cancer du côlon est diagnostiqué tôt les chances de guérison approchent les 100 % », explique Josette Priam, vice-présidente du comité départemental des Alpes-de-Haute-Provence de la Ligue contre le cancer.

Mais le problème, on l’a vu, est la faible participation au dépistage… Dès lors, comment faire évoluer les mentalités, comment dépasser les blocages ? La Ligue et ses partenaires ont décidé d’adopter une approche résolument ludique et pédagogique afin de sensibiliser le public à ce nécessaire dépistage et de promouvoir cet examen. Une maquette géante de côlon sera installée à Digne le 1er juin prochain. « Cette structure gonflable de 12 mètres de long va permettre aux visiteurs de voyager à l’intérieur du ­côlon et de comprendre comment peuvent évoluer les lésions.

Ainsi, grâce à ce cheminement très concret et aux informations pédagogiques délivrées par les médecins gastro-entérologues présents tout au long de la journée, les visiteurs seront à même de mieux comprendre l’intérêt du dépistage et d’une éventuelle coloscopie », poursuit Josette Priam.
De son côté, la Mutualité française 04 va mettre à profit cette journée d’information et de sensibilisation pour faire de la prévention contre le tabagisme, alerter sur les risques liés au soleil et pointer l’importance d’adopter une alimentation équilibrée et de pratiquer des activités physiques, grâce à la présence de stands d’animation.

Gageons qu’au terme de cette journée le côlon n’aura plus de secrets pour les participants, que la gêne sera dissipée et que le réflexe prévention sera durablement acquis !

Tous les deux ans, les personnes de 50 à 74 ans peuvent bénéficier gratuitement du dépistage organisé du cancer colo-rectal. Pour participer à ces campagnes dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence et des Alpes-Maritimes, contacter l’Apremas (centre de coordination de dépistage des cancers) au 04 92 29 72 81.

 

Deux jours pour parler santé
n Le vendredi 31 mai, à partir de 18 heures, salle de l’Abbé-Féraud à Digne-les-Bains, conférence-débat autour du film Santé, médecine. le principe de précaution en question, présenté par son auteur, le Pr Pascal Bonnier, chirurgien et oncologue marseillais. n Le samedi 1er juin de 9 heures à 12 heures et de 14 heures à 18 heures, salle de l’Atrium et sur le parvis de l’hôtel de ville de Digne-les-Bains : journée de prévention du cancer colo-rectal. Exposition du côlon géant, avec visite en présence de gastro-entérologues de la Sfed (Société française d’endoscopie digestive).
Affiche cancer colon