Chaque année en France, 150 femmes  meurent sous les coups de leur compagnon. Des statistiques terribles malgré les différents plans menés par les gouvernements précédents. A son tour, Najat Vallaud-Belkacem, ministre des droits des femmes présente ce vendredi 22 novembre le quatrième plan triennal qui espérons-le donnera une réponse systèmatique et complète à ce fléau.

La main courante sans suite était devenue le symbole de ces appels au secours laissés sans réponse. Un protocole a donc été envoyé aux préfets et aux procureurs sur ce sujet pour mieux encadrer le dépôt des mains courantes en cas de violences faites aux femmes. Il limite le recours aux mains courantes aux seuls cas de refus répétés de la victime et en l’absence de gravité des faits. Les violences avérées devront être suivies d’une plainte. Il rend systématique une visite différée au domicile de la victime lorsque le dépôt de la main courante aura été consécutif à une première alerte des forces de l’ordre.
Des intervenants sociaux seront présents dans les commissariats en brigades de gendarmerie (soit 350 intervenants en 2017).

D’autre part, le 3919, gratuit (y compris depuis un téléphone portable) sera ouvert 7/7 à compter du 1er janvier 2014. Une nouvelle plate-forme Internet à l’accessibilité facilitée pour les personnes souffrant de handicap, sera créée pour répondre à toutes les demandes.

Un tiers des places créées au titre de l’hébergement d’urgence sera réservé à l’accueil et l’accompagnement des femmes victimes de violences. Le gouvernement garantit ainsi la création d’ici à 2017 de 1650 solutions d’hébergement d’urgence nouvelles.

66 millions d’auros au total débloqués par le gouvernement sur trois ans. Il est prévu aussi que les médecins, les urgentistes, les policiers soient mieux formés.