Pour la 3e année d'affilée, la Lmde relaie sa campagne intitulée : « Vaccins, même les plus forts en ont besoin ! » auprès des jeunes et des professionnels de la santé, à l'occasion de la Semaine européenne de la vaccination, du 20 au 24 avril 2015. 

Depuis 2013, la Lmde est partenaire officiel de cet événement destiné à promouvoir la vaccination auprès des jeunes. L’objectif est de sensibiliser les jeunes à la vaccination, de les informer sur l’intérêt de la vaccination et sur les lieux ressources, de favoriser l’accès aux soins et orienter les jeunes. Des actions de relais d’information se déroulent cette semaine sur l’ensemble du territoire, dans toutes les agences de la Lmde (56 agences) pour inciter les jeunes à faire vérifier leur carnet de santé et/ou de vaccinations par un professionnel de la santé et de procéder aux vaccination et/ou aux rattrapages. La Lmde s’est également rapprochée de partenaires locaux (médecine prévention, centre de santé…) afin de favoriser l’accès à la vaccination.

A l’occasion de ces actions de proximité, la Lmde a sensibilisé 6 780 jeunes à l’importance de la vaccination. En parallèle, une enquête a été réalisée pour : récolter des informations sur les connaissances des étudiants en matière de prévention vaccinale ; connaître leur couverture vaccinale ; recueillir des données sur leurs représentations et opinions. 51 % d’entre eux se disent mal informés sur les vaccins. Les études de 2013 et 2014 montrent des résultats similaires, mettant en exergue l’importance d’informer sur la vaccination, notamment pour améliorer la couverture vaccinale. En 2014, la moitié des étudiants répondants se disent plutôt mal informés (44 %) ou pas du tout informés (8 %) sur la vaccination. Des relations significatives apparaissent entre l’âge, le sentiment d’information et la mise à jour de ses vaccins : les étudiants les plus jeunes déclarent plus fréquemment être vaccinés et à jour de leurs vaccins que les étudiants les plus âgés, qui déclarent être vaccinés sans être à jour des rappels. De plus, les étudiants déclarant être bien informés sur la vaccination sont plus nombreux à connaître leur statut vaccinal.