Une mutualiste sur tous les fronts

Bien vieillir, stress au travail, alimentation, prévention des risques solaires pour petits et grands… Mutuelle Entrain est sur tous les fronts de la prévention, et à tous les niveaux – national et régional. Elle reprend aussi des propositions de l’Union des mutuelles de cheminots et des personnels du groupe Sncf (Umcpg).

Pour dynamiser et fédérer cette politique de prévention, déjà bien ancrée dans les diverses régions où elle est présente, Mutuelle Entrain s’est dotée d’une commission nationale prévention. A sa tête, une femme résolue : Edith Delorme.

Présidente de la section Auvergne-Nivernais depuis juin 2010, Edith Delorme endosse aussi, et avec enthousiasme, la responsabilité de la coordination des actions de prévention. « Je travaille maintenant au fret, mais j’ai commencé ma carrière à la sécurité. Sécurité de l’affrètement, mais aussi sécurité des transports de particuliers. Du coup, raconte-t-elle spontanément, j’ai toujours été sensible à tout ce qui touche à la sécurité du personnel, à la sécurité du travail. Et de là à dériver sur la santé, il n’y a qu’un pas, tout petit, que j’ai vite franchi. » Bien sûr, la santé, ce n’est pas seulement le risque ou la sécurité, mais comment mieux se préserver des problèmes, dans tous les domaines, qu’en les prévenant ?
« Nous voulons bien marquer que Mutuelle Entrain est une seule et même mutuelle, présente dans de nombreuses régions Sncf. Et qu’elle est capable de se mobiliser partout sur une même action de prévention », explique Edith Delorme. C’est ce qui va se passer, par exemple, en 2011-2012, avec son engagement dans le nouveau programme de prévention décidé par l’entreprise Sncf, et qui implique les différents acteurs de l’entreprise – direction, mutuelles, cabinets médicaux, Chsct et comités d’établissement régionaux (Cer). Baptisée « Plus saine la vie », cette campagne sera axée sur l’hygiène alimentaire, sans négliger d’insister sur la nécessité d’une pratique sportive régulière.

Pour autant, Mutuelle Entrain ne veut pas rompre avec les pratiques spécifiques aux régions. « Les initiatives locales sont toujours les bienvenues, et il n’est pas question, pour nous, d’imposer des axes d’intervention prédéterminés. Mais nous tenons cependant à cultiver des pratiques communes. Ce n’est pas dans les habitudes, reconnaît encore la responsable de la commission prévention, mais cela se construit petit à petit. »

Sur le budget global alloué à la prévention, la commission prévention a choisi de garder quelques fonds pour ces initiatives originales, souvent reconduites depuis de nombreuses années, et de nouer des partenariats avec d’autres associations, des Cer, sur des questions variées. Le bien vieillir, avec les ateliers mémoire et équilibre, fait sans doute partie des actions de prévention les plus répandues dans les régions. Ces actions se poursuivront cette année et sans doute au-delà.

Une organisation en binô­mes de salarié(e)s et élu(e)s se met aussi peu à peu en place. Pour les salariés, Catherine Couturier (Mutuelle Entrain Région de Marseille) est la référente nationale en prévention pour la mutuelle. Elle peut intervenir dans diverses régions, à la demande. Les élus comme les salariés, sur la base du volontariat, après avoir suivi une formation, sont à même d’animer des ateliers mémoire, par exemple, comme cela se fait à Nancy.

Par ailleurs, des partenariats sont conclus avec des clubs, des associations ou d’autres structures du mouvement mutualiste : c’est ainsi que Mutuelle Entrain Auvergne-Nivernais a pris l’habitude de travailler avec la Mutualité Auvergne. Une richesse de possibles que la mutuelle tient à entretenir.