Une Américaine en rémission de son cancer grâce au virus de la rougeole

Première mondiale : aux Etats-Unis, une femme atteinte d’un cancer invasif de la moelle osseuse (myélome multiple) est en rémission depuis qu’elle a reçu une injection d’une dose massive de virus génétiquement modifié de la rougeole.

La patiente, âgée de quarante-neuf ans, dont le cancer était métastasé, avait déjà fait plusieurs rechutes et ne répondait plus aux traitements classiques du cancer (chimiothérapie, radiothérapie, etc.).

Les médecins ont donc décidé de tenter le tout pour le tout en lui administrant une dose de vaccin contre la rougeole correspondant à la quantité nécessaire pour vacciner 10 millions de personnes. L’objectif ? Cibler et détruire les cellules cancéreuses en épargnant les cellules saines.

Le but a été atteint, puisque la patiente n’a plus de traces de son cancer depuis six mois. En revanche, son système immunitaire a violemment réagi à la puissance du vaccin : forte fièvre, tachycardie, hypotension, etc.

L’utilisation des virus, notamment celui du rhume et de l’herpès, dans le traitement du cancer n’est pas nouvelle, mais c’est la première fois qu’ils sont employés de cette manière. Le résultat de cette virothérapie suscite beaucoup d’espoir. Le traitement a été renouvelé sur une autre volontaire, souffrant du même cancer.

Les résultats ne sont pas si remarquables qu’avec la première patiente, néanmoins, son cancer a régressé.

« Il s’agit de la première étude clinique à montrer la faisabilité d’une virothérapie contre des cancers ayant fait des métastases », souligne le principal développeur de cette thérapie anti-cancéreuse, le Dr Stephen Russell, hématologue à la Mayo Clinic à Rochester, dans le Minnesota. A suivre.