Un traitement contre l'ostéoporose efficace contre les cancers du poumon, du sein et du côlon

Utilisés dans le traitement contre l’ostéoporose, les bisphosphonates pourraient bloquer la production des protéines qui accélèrent la prolifération des cellules cancéreuses.

On les appelle les bisphosphonates. Ces molécules, commercialisées sous le nom de Fosamax et de Zometa pour prévenir et traiter l’ostéoporose, seraient également efficaces contre certains cancers agressifs du poumon, du sein et du côlon. C’est ce que révèle une étude réalisée sur des souris et des cellules humaines et publiée dans les Comptes-rendus de l’académie américaine des sciences (Pnas).

Concrètement, les bisphosphonates freinent l’activité des ostéoclastes, les cellules qui dégradent l’os, et limitent ainsi la perte osseuse. Mais ils bloqueraient également dans les cancers agressifs du poumon, du sein et du côlon l’action de protéines, appelées les récepteurs du facteur de croissance épidermique (Her), qui d’habitude accélèrent la prolifération des cellules cancéreuses.

Les bisphosphonates pourraient ainsi constituer un nouvel apport important à l’arsenal thérapeutique contre les cancers du poumon, du côlon et du sein, dont respectivement 30%, 90% et 20% sont porteurs de la mutation Her, indiquent les auteurs.

Des tests sur l’homme sont nécessaires

Selon les chercheurs, l’action anti-cancéreuse des bisphosphonates avait déjà été observée chez des femmes atteintes d’une tumeur du sein. On avait aussi constaté que les patients qui prenaient des bisphosphonates par voie orale pour traiter l’ostéoporose avaient une moins grande incidence de cancer du côlon et du sein.

«Notre recherche a mis en évidence un mécanisme qui pourrait permettre d’utiliser les bisphosphonates pour traiter et prévenir un grand nombre de cancers du poumon, du sein et du côlon, dont l’agressivité est alimentée par le récepteur Her», explique le professeur Mone Zaidi, de la faculté de médecine du Mount Sinai à New York.

Si des essais cliniques confirment les effets anti-cancéreux des bisphosphonates, ces traitements pourraient être rapidement utilisés, étant donné qu’ils sont déjà approuvés par la Fda, l’agence américaine des médicaments.