Navigation article

Santé

Un tiers des Français sont en surpoids et 16 % obèses

73% des Français estiment que leur mutuelle est légitime pour leur proposer un accompagnement en matière de prévention santé. Ils seraient même 70% à apprécier que leur mutuelle rembourse leurs activités sportives, un score qui montre à 78% quand la question est posée aux adhérents de la MGEN (Mutuelle générale de l'éducation nationale).

C'est ce qui ressort d'un sondage Opinion Way sur les « Habitudes de vie et le surpoids », réalisé pour la MGEN.

Pour commencer, trois quarts des interviewés se déclarent en bonne santé mais un tiers est en surpoids et 16% obèses. Ce qui correspond globalement aux derniers résultats de l'enquête Obépi sur le sujet. L'obésité touche davantage les inactifs et les 50-64 ans. Les adhérents de la mutuelle, qui sont en moyenne plus jeunes que l'ensemble des sondés, le sont moins.

Bonne nouvelle : deux tiers des Français disent pratiquer une activité physique. Vrai ou faux, la marche à pied est plébiscitée. Les personnes obèses sont moins de la moitié à faire du sport. Pour l'ensemble des interviewés, le manque de temps, de motivation et d'argent sont les principaux freins à la pratique sportive.

« Il faut avoir une vision sur l'activité physique qui dépasse le sport, commente le Pr Arnaud Basdevant, endocrinologue et nutritionniste et président du Plan Obésité. Recommander une activité physique, c'est bien car c'est le premier traitement devant l'alimentation, mais est-ce que les gens peuvent le faire, c'est la question qu'il faut se poser. Il passer de l'injonction à la facilitation. En même temps, est-ce qu'une mutuelle est légitime pour rembourser l'activité physique ou proposer un changement de mode de vie, je ne sais pas ? ».

Par ailleurs, 86% des Français considèrent qu'ils ont une bonne alimentation, à savoir variée et équilibrée, et composée de produits frais. Ils mangent en moyenne un peu plus de trois fruits et légumes par jour, mais près de la moitié estiment difficile d'en consommer au moins cinq. 11% des interviewés mangent au fast-food au moins une fois par semaine, une proportion qui augmente chez les jeunes et les personnes âgées.

« Bien manger pour les Français, ce n'est pas seulement les aliments, c'est aussi manger ensemble, assis autour d'une table, etc., note le sociologue Tibaut de Saint Pol. Ce sondage révèle une tendance, il faut creuser un peu plus ». Il rappelle, notamment, que l'obésité se traduit en France par une augmentation des inégalités sociales, plus marquées pour les femmes. « Il y a une pression sociale plus forte chez elles en terme d'apparence ».

Vos réactions

Dans la même rubrique

Santé

Bien-être

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction