Un tiers des étudiants ne se protègent pas lors de rapports sexuels

30 % des étudiants ayant des rapports sexuels déclarent ne jamais utiliser de préservatif, selon une enquête réalisée pour la Smerep (organisme de Sécurité sociale étudiante). Ils ne sont que 41 % à l’utiliser systématiquement. Ces pratiques à risque sont plus particulièrement fréquentes chez les étudiantes (39 % d’entre elles disent ne jamais utiliser de préservatif). Les étudiants n’utilisent pas de préservatif pour 3 raisons principales :

–    les deux personnes ont fait un test de dépistage (environ 60 % des cas);

–    l’un des deux utilise un autre moyen de contraception (environ 50 % des cas);

–    ils considèrent que cela enlève la magie du rapport sexuel (environ 20 %).

Si un tiers des étudiants interrogés indiquent réaliser systématiquement un test de dépistage en cas de changement de partenaire, ils sont près de 40 % à admettre ne jamais pratiquer de test (38 % des étudiants en France, 32 % pour ceux d’Ile-de-France).

Ceux qui prennent le plus de risques et n’utilisent pas le préservatif sont-ils aussi ceux qui se font le moins dépister ? L’enquête ne le dit pas.